Soeur Madeleine Lavergne (Sr Marie-Odile), 1923 – 2020

 

Sr Marie-Odile est décédée au Couvent de Vaylats dans la nuit du 29 – 30 juin 2020. Ses obsèques ont eu lieu à Vaylats  le jeudi 2 juillet 2020, dans la stricte intimité. CEt hommage a été écrit par Sr Christiane Lorcy à partir d’une conversation avec Marie-Odile le 15 avril 2020.

 

Marie Odile, il y a quelques jours seulement, tu fêtais ton 97ième anniversaire puisque tu es née le 26 juin 1923, au hameau Le Pigeon dans la commune de Mayrac où tes parents tenaient une ferme. Au cours du mois d’avril dernier tu avais raconté quelques souvenirs, pas très nombreux mais savoureux. Tu avais surtout parlé des pèlerinages à Rocamadour lorsque tu étais petite fille.

 

Sa mère attelait l’âne au petit matin et elles partaient toutes les deux, à pied pour environ 15 Kms. Elles marchaient à travers le Causse avant de descendre vers la Dordogne et de traverser le pont. En arrivant à Rocamadour, elles attachaient l’âne dans un bois voisin sur le plateau et elles descendaient vers le sanctuaire. Son père aussi allait en pèlerinage à Rocamadour mais, comme tous les hommes à l’époque, il le faisait le dimanche et lui, il partait à cheval.

 

 

Marie Odile a travaillé à la ferme avec ses parents jusqu’à son départ pour Vaylats. Elle avait l’idée de se faire religieuse et elle en avait parlé au curé de la paroisse. Il lui avait conseillé d’en parler avec une religieuse originaire de Souillac, ce qu’elle fit lors de l’un de ses passages. C’est ainsi qu’elle a entendu parler des Filles de Jésus pour la première fois. La religieuse en question, dont elle a oublié le nom, était enseignante dans le sud du département et elle l’a invitée à l’accompagner. Puis, toutes les deux sont allées à Vaylats. Elle avait été accueillie par Bonne Mère François Régis.

 

Rentrée chez elle, elle annonce à sa mère qu’elle allait entrer à Vaylats. «  Vaylats ? C’est où cà ? » Sa mère l’a accompagnée lors de son départ (sans doute en 1946) : elles ont pris le train à Souillac jusqu’à Lalbenque. Sa maman a passé la nuit au couvent et est repartie le lendemain pour la gare de Lalbenque. C’est avec bonheur qu’elle a partagé cette tranche de vie.

 

Après sa profession le 25 septembre 1947, Marie Odile a été envoyée à Castelneau-Montratier où elle a travaillé dans la clinique qu’un médecin venait d’ouvrir. C’est là qu’elle a appris son métier d’infirmière. Elle a ensuite été infirmière à Bagnac, Négrepelisse…Infirmière à domicile elle fasait ses visites à vélo avant d’avoir eu une des premières voitures de communauté.

 

 

Puis elle a passé une année (1988-89) dans la communauté de l’évêché de Montauban. Ensuite, après une année à Vaylats, elle est retournée à Bagnac (1990-2002) puis Montcuq (2002-2011). Elle est alors arrivée à Vaylats où elle demeure depuis 2011.

 

 

Ces 7 dernières années, elle subit les contraintes journalières de dialyses à domicile. Ces derniers temps elle ne cachait pas qu’elle en était fatiguée. Comme infirmière elle n’ignorait pas son état. «Quand le bon Dieu voudra» disait-elle.

 

Dans la lumière de Dieu, elle découvre le sens de cette épreuve de fin de vie et de sa vie tout entière.

 

Print Friendly, PDF & Email
Posted in Biography sisters, News

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Share This