Nos oeuvres
Un foyer pas comme les autres

Un foyer pas comme les autres

Les Filles de Jésus à Soa , à 14 km au nord-Est de Yaoundé, Cameroun, ont eu une double raison pour fêter cette ...
Une expérience avec les jeunes en foyer

Une expérience avec les jeunes en foyer

  Les Filles de Jésus insérées à Daoukro, en Côte d’Ivoire, gèrent un foyer de seizes jeunes filles, ...
Construction d’un pont à Nkoteng au Cameroun : Une riche expérience

Construction d’un pont à Nkoteng au Cameroun : Une riche expérience

Yvonne Aimée et Philipe Deshayes, deux français membres du SEMIL, (service éducatif missions lassaliennes) de ...

Centre Éducatif Santa Teresita (Honduras).

Les premières Filles de Jésus, arrivées au Honduras en janvier 1958, répondaient à l’appel de fonder une école privée catholique d’enseignement primaire, où les valeurs spirituelles, culturelles et sociales seraient inculquées et fourniraient ainsi une formation intégrale.

À sa fondation, en février 1958, le Collège Santa Teresita fut désigné ainsi sous le patronage de Santa Teresita del níño Jesús, d’origine française et patronne des missions.

Devenu depuis 2007, l’Institut Santa Teresita et le Jardin d’enfance, il offre le pain de la connaissance aux élèves de niveau pré-basique et intermédiaire.  

Nombre moyen d’étudiants par an dans le Centre Éducatif : 228

3 Filles de Jésus et 15 enseignants travaillent actuellement à l’Institut.

Centre d’Éducation préscolaire Dorval Protection (Côte d’Ivoire).

Le Centre d’Education Préscolaire Dorval Protection a été créé par la Congrégation des Filles de Jésus présente à Daoukro en Côte d’Ivoire dans la Région de l’Iffou à l’Est du pays. Cette initiative est partie des observations faites par les sœurs au cours des visites effectuées dans les villages. Souvent, les enfants étaient laissés à leur compte ou entre les mains de jeunes filles, alors que les parents devaient vaquer à leurs occupations quotidiennes ou poursuivre leur scolarité. Certains de ces enfants passaient la journée entière au marché avec leur mère vendeuse alors que d’autres étaient à la ferme avec leurs grands-parents ou parents, s’exposant ainsi à toute forme d’abus ou de dangers.

À la vue de tous ces risques, les sœurs ont décidé de créer en 2012, sur le même site que la communauté, un centre de la petite enfance pour l’éducation des enfants afin de donner aux parents une opportunité de travailler ou de continuer leurs études, sachant que leurs enfants étaient à un endroit sécuritaire.  Au cours de cette année-là, le centre a accueilli quarante-cinq (45) enfants.

Dû au nombre grandissant d’enfants, un nouveau bâtiment a été construit en 2015 par la Congrégation, non loin de la communauté et pouvant accueillir 200 enfants.
À ce jour, 182 enfants dont 92 filles et 90 garçons font partir du Centre Dorval protection. Le centre est dirigé par une Filles de Jésus, accompagnée par cinq enseignantes de la section spéciale à la grande section et 4 ouvriers (une cuisinière, un chauffeur pour le car, un gardien de nuit et une aide conductrice). Le centre est sous la protection de mère Célestine qui, après ses premiers vœux a pris le nom de DORVAL.

Centre d’alphabétisation Jean LIAUSU (Daoukro – Côte d’Ivoire)

Centre d’alphabétisation Jean LIAUSU

Le Centre d’Alphabétisation Jean Liausu a été créé dans les années 1975 par la Communauté des Filles de Jésus à Daoukro. Il y avait beaucoup d’analphabètes dans les villages visités. Voici la raison fondamentale qui a amené les sœurs à fonder ce centre dont le Saint Patron est Jean LIAUSU, Fondateur de la Congrégation des Filles de Jésus de Vaylats.

Ces cours ont lieu trois fois par semaine en raison de deux heures par séance. Les auditeurs sont au nombre de 65 dont 40 femmes et 25 hommes. Quant aux enseignants, ils sont au nombre de 4. Ces cours apportent de la lumière à ces hommes et ces femmes qui n’ont pas eu la chance d’être scolarisés dans leur prime enfance. Pour eux, « apprendre à lire et à écrire, c’est apprendre à mieux vivre ».

Bibliothèque Jean Liausu (Côte d’Ivoire)

Groupe Etudiants 1
Groupe Etudiants 2

La bibliothèque des filles de Jésus de Daoukro a été ouverte en 2007. Daoukro étant une préfecture autrefois, (maintenant chef-lieu de la région de l’Iffou), beaucoup de jeunes venant des villages pour leurs études et même ceux de la ville éprouvaient du mal à faire des recherches soit pour un exposé soit pour approfondir leur compréhension d’un cours. Certains voudraient également découvrir des œuvres ou des auteurs cités par leur professeur pendant le cours, donc étancher leur soif de lecture. Mais cela était impossible puisque aucune bibliothèque n’existait. La plupart de ces jeunes étaient démunis car n’ayant ni livres de cours ni documents. C’est ainsi que le projet de la mise sur pied de ce centre de documentation est née afin de répondre aux nombreuses sollicitations des jeunes et surtout contribuer à l’amélioration des résultats scolaires à Daoukro et ses environs.

La bibliothèque comporte une cinquantaine de places avec des salles d’études annexes. Equipée de manuels scolaires, d’encyclopédies, de dictionnaires, d’ouvrages généraux et de littératures, la bibliothèque comporte environ cinq mille (5000) ouvrages.

Centre Saint Joseph de Kermaria (RDC)

Groupe Etudiants 1

COMMUNE DE LIMETE – KINSHASA – RDC

Nous sommes situés dans le « quartier pêcheur », un des quartiers le plus défavorisé de Kinshasa. Du fait de la guerre, la population a grossi démesurément ces dernières années. C’est la survie pour beaucoup de familles, les enfants, les jeunes sont les premières victimes. Faute de moyens, ils ne sont pas scolarisés. Ils sont dans la rue.

L’arrivée de la communauté des sœurs Filles de Jésus au quartier en juin 2000 a permis de donner naissance, en 2001, à ce centre d’alphabétisation et de rattrapage.

Le but est :

  • D’accueillir les enfants de plus de 9 à 16 ans qui n’ont pas la chance d’entrer à l’école publique et aussi ceux qui ont eu de grandes difficultés scolaires, plusieurs redoublements de classe.
  • De favoriser l’instruction et l’éducation globale de l’enfant ou du jeune en vue de son intégration ou de sa réintégration dans le système scolaire tout comme son insertion dans la société à laquelle il appartient.
  • D’accueillir aussi des adultes aux cours du soir afin de contribuer à diminuer l’analphabétisme à Kingabwa, à lutter contre l’ignorance, la pauvreté. Il cherche à relever le niveau de la population car le centre se veut un facteur de développement du quartier.

Le centre n’est pas une école, il a un rôle de suppléance.  Les élèves du niveau III obtiennent le certificat de fin du cycle primaire.

Fonctionnement

Jusqu’à ce jour le centre fonctionne avec la section coupe couture, l’alphabétisation, et le rattrapage scolaire. La coupe couture prend plus d’ampleur parce le centre accueille les jeunes, les filles mères, les mamans afin d’offrir une formation qui leur permettra de se prendre en charge et de s’intégrer dans la société. Cette année, en 2022, le centre a accueilli 106 filles et 1 garçon en coupe couture, et 241 élèves pour le rattrapage.

Nous avons beaucoup de demande pour la coupe et couture, l’esthétique, malheureusement les locaux sont insuffisants, pour accueillir tout ce monde.

Centre Mère de Miséricorde (Côte d’Ivoire)

Groupe Etudiants 1
Le Centre Mère de Miséricorde de Brobo, en Côte d’Ivoire, a été créé en 2006, à l’initiative de la Congrégation religieuse des Filles de Jésus. Il accueille une quarantaine d’ enfants et jeunes de 5 à 20 ans vivant avec un ou plusieurs handicap(s) physiques, sensoriels, intellectuels, pour leur permettre d’accéder à une auto-prise en charge à travers des activités manuelles et activités d’éveil données au sein du centre, et si possible, par une formation professionnelle.

Objectifs du Centre

Ce centre socio-éducatif a pour objectif principal de :

  • Permettre l’intégration sociale des enfants et des jeunes vivant avec un handicap,
  • Développer leurs capacités intellectuelles et manuelles en vue d’une auto prise en charge dans leur milieu rural.

Cela se passe aussi par une sensibilisation à ce projet dans les villages environnants.

Nous souhaitons :

  • Conduire les parents à accepter le handicap de leur enfant
    Accueillir au Centre tous les enfants et jeunes des villages environnants de Brobo qui vivent avec un handicap.
  • Accompagner ceux qui le pourront jusqu’à une autonomie financière à travers une formation professionnelle ou grâce à la vente de produits fabriqués au Centre

Comment est organisée la formation ?

Compte-tenu de la pluralité des handicaps, les jeunes sont répartis en différents groupes pour une prise en charge efficiente en fonction de leur handicap. Ils sont suivis par un ou deux éducateurs.

Invisible
Le groupe Arc en ciel :

Rassemble les enfants et les jeunes les plus atteints psychiquement
(les épileptiques, hémiplégiques, albinos, paraplégiques). Ils sont aussi variés dans leur état que les couleurs de l’arc en ciel, d’où le nom du groupe : « arc en ciel ».

Une classe particulière regroupe les enfants et jeunes autistes.
Les enfants reçoivent une initiation aux notions de base de savoir-faire et de savoir vivre au niveau de la vie quotidienne : apprendre à se laver, à se brosser les dents, s’habiller. Il est primordial de favoriser chez chacun la possibilité d’un maximum d’autonomie, de les aider à prendre leur place dans un groupe tout en tenant compte des autres…

Le groupe des enfants sourds :

Les enfants sourds sont les plus nombreux. Suivis par deux animateurs, ils travaillent avec le langage des signes. Les élèves progressent vite, sont heureux d’apprendre à nommer les personnes, les animaux, les choses, à lire et écrire des phrases, à réussir des calculs difficiles.

Pour soutenir ces apprentissages, en faveur d’une collaboration avec l’Institut National de Formation Sociale d’Abidjan, nous avons obtenu que des étudiants des maîtres d’éducation spécialisée soient affectés au centre Mère de Miséricorde pour la période de leurs stages pratiques.

Nous pointons une avancée significative : plusieurs enfants sourds ont passé le concours pour l’entrée en sixième au lycée de Brobo et ont été admis.

Les apprentis :
Selon leurs capacités d’apprentissage, les jeunes accueillis au Centre pratiquent la couture, la coiffure ou des activités manuelles.
Le programme inclut les disciplines suivantes : le Français, les mathématiques, l’éducation à la vie, les activités manuelles.
Pour les sourds-muets toutes les activités se déroulent en langage des signes.

Plusieurs jeunes ont la possibilité d’effectuer chez des artisans locaux un stage pratique en couture, coiffure et en maçonnerie.

La Formation Couture :
Le temps prévu en formation continue est de 4 ans.
Des jeunes plus handicapés peuvent y participer sur une durée de 5 ou 6 ans.
Les apprentis sont suivis par un maître couturier 4 jours semaine.
Au nombre de 20, pour la Célébration du 10ème anniversaire du Centre, ce sont eux qui ont confectionné tous les uniformes des jeunes du Centre. A cette étape de l’apprentissage, le temps de confection pour un ensemble nécessitait 2 jours.
Cette formation pourrait être encore améliorée si, au Centre, nous avions davantage de matériel, en particulier de bonnes machines à coudre en nombre suffisant, ainsi que la possibilité de financer davantage d’heures de formation assurées par le maître couturier agréé pour exercer l’apprentissage.
L’Atelier Couture :

Pour donner suite à la période d’apprentissage à laquelle participe les jeunes handicapées accueillis et formés dans le Centre Mère de Miséricorde, nous avons fondé au sein du Centre un Atelier Couture. Dans cet atelier, les jeunes sont accompagnés dans leurs premiers pas comme couturiers professionnels et progressivement dans la création de leur propre structure.

En effet, nous constatons qu’après la formation, certains jeunes se retrouvent encore à la rue. Leurs parents n’ont pas les moyens financiers pour faciliter l’installation de leur propre atelier de couture.

Aussi, l’Atelier Couture du Centre Mère de Miséricorde de Brobo, Côte d’Ivoire, se veut un tremplin pour que des jeunes handicapés puissent développer leurs talents, leur créativité, et s’assumer grâce à un travail qui correspond à la fois à leurs capacités et à un réel besoin.

Une boutique de vêtements dans la ville de Brobo, créée par le Centre, permettra de vendre les vêtements confectionnés par les jeunes.

L’équipe d’animation et la communauté des Sœurs Filles de Jésus de BROBO, remercient les sœurs de notre Congrégation et tous les différents donateurs pour leur souci de faire vivre financièrement cette œuvre unique qui répond à une grande nécessité.

 Aujourd’hui, beaucoup d’enfants sont sauvés grâce à votre appui et vos prières.  Que Dieu vous le rende au centuple !

Le Foyer des étudiantes de Daoukro (Côte d’Ivoire)

foyer des étudiantes
foyer des étudiantes

Le foyer des étudiantes, situé dans la cour de la communauté des Filles de Jésus à Daoukro, a ouvert ses portes dans les années 1970 pour accueillir des jeunes filles du village, trois jours par semaine pour une formation intégrale (alphabétisation, couture, cuisine etc…). Cependant, avec la création des écoles primaires dans les villages, le foyer continue mais avec un autre but. Il héberge désormais des jeunes lyciennes et collégiennes venant des villages éloignés et n’ayant aucun membre de la famille à Daoukro pour continuer les études jusqu’à l’examen de BAC dans de bonnes conditions.

La communauté de sœurs de Daoukro réserve un bon accueil aux filles, en inculquant des valeurs telles que la vie commune, l’entraide, le partage, le sens de l’organisation. À ce jour, 29 filles, de 11 ans à 21 ans, sont logées au foyer. Elles sont dans les classes scolaires de la 6ème au Baccalauréat.

Foyer d’étudiants (es) Notre Dame d’Afrique de Soa (Cameroun)

foyer des étudiantes

Le Foyer Notre Dame d’Afrique est un établissement d’hébergement géré par l’Association Homme Debout (AHD) et animé par la Congrégation des « Filles de Jésus », sous la responsabilité d’une Directrice Fille de Jésus.

Ouvert en septembre 2010, le Foyer se veut un lieu où l’on peut vivre dans l’harmonie, la paix et la joie pour mener à bien sa formation intellectuelle mais aussi humaine et spirituelle. Il accueille les jeunes étudiant(e)s des Universités et des Ecoles d’Enseignement Supérieur, de toute origine religieuse et sociale.

Le régime de liberté qui caractérise cet établissement repose sur la confiance mutuelle et le sens des responsabilités de chaque jeune qui y réside.

Ce foyer d’étudiants, c’est un hébergement, mais c’est aussi un lieu d’échange, de formation à la vie en société dans le respect mutuel, d’activités… où chaque résident bénéficie d’un accueil attentif et personnalisé, favorisant la réussite de ses études dans un climat convivial et d’entraide.

Le foyer comprend 49 chambres dont quelques-unes sont accessibles aux jeunes handicapés.

Les objectifs du  Foyer NDA Soa :

    • Offrir aux étudiant(e)s des conditions de vie qui leur permettent de mener à bien leur formation intellectuelle
    • Apprendre à vivre ensemble (vie en société) dans le respect mutuel
    • Assurer un soutien spirituel à ceux qui le désirent par la présence d’une communauté religieuse et la proposition des activités de la paroisse universitaire

    Toute vie en société suppose un certain nombre de règles communes pour le respect de chacun, de l’établissement et favoriser de bonnes relations. Le Foyer a un règlement intérieur qui fixe les conditions de fonctionnement et d’utilisation des locaux.

    Share This