Clémentine TÉGUEL (Sœur Mie Clément de Jésus)

Clémentine TEGUEL

Sœur Marie Clément de Jésus

(1925 – 2021)

 

 

Clémentine Téguel est née le 24 avril 1925 à Lieuron en Ile et Vilaine.

Ses parents étaient cultivateurs. A l’âge de 17 ans, elle entre dans la congrégation. Après avoir passé ses diplômes, Sœur Clémentine enseigne en Ile et Vilaine et Morbihan dans les années 40.

Attirée par la Mission lointaine, dès ses jeunes années de vie religieuse, elle trouvera à déployer son zèle missionnaire (sous-tendu par le goût de l’aventure) dans les grands espaces de l’ouest canadien ou auprès des Africains du Nord Cameroun. En 1951, elle part au Canada enseigner le français à Morinville, puis étudier à l’université d’Edmonton. Elle restera enseigner au Canada jusqu’en 1958.

 

À cette date, Sœur Clémentine est envoyée enseigner au Cameroun, à Meiganga, N’Gaoundéré, Karna, jusque dans les année 80. Elle sera supérieure de la communauté de Karna. En parallèle, très investie, Sœur Clémentine fait de l’animation rurale et est conseillère pédagogique. De 1988 à 1995, Sœur Clémentine retourne à Meiganga où elle est animatrice en prison et assure une présence au quartier.

 

À la fin de cette période, elle revient en France et vit sa retraite à Rennes, à Châteaudun, au Rheu. Elle arrive à Kermaria récemment en 2018 et en juin dernier à la Ste Famille.

Ses sœurs disent que sous des apparences plutôt fragiles, Clémentine était une personne au caractère bien déterminé : ce qu’elle avait entrevu ou décidé, elle le menait jusqu’au bout ! Elle était douée d’une grande énergie. C’est une personne qui voulait la vérité. Cependant, ces dernières années surtout, après réflexion ou dialogue, elle acceptait, humblement, d’assouplir ou de modifier ses vues… Elle restera toujours très sensible et fidèle aux relations contractées au long de son parcours, y compris à celles créées à son retour à Rennes. Cependant, elle n’oubliait pas ses origines bretonnes. Son pays natal, Pipriac, et sa famille tenaient une grande place dans sa vie affective et dans sa prière. Visites et correspondance comptaient beaucoup pour elle et la rendaient heureuse. C’était une personne attachante et agréable.

Tu nous as quitté(e)s à la Sainte Famille le samedi 9 janvier, la veille de la célébration du Baptême du Christ, qui nous rappelle notre propre vocation de baptisé. Une sœur avec qui tu échangeais souvent nous a dit que pour toi, ce baptême était une réalité très importante. Merci de nous rappeler que nous sommes tous les enfants bien aimés du Père.

 

 

 

 

 

 

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published.

Un peu
d’histoire

Notre
Spiritualité

Rejoindre
notre famille

Nos
communautés

Newsletter

Inscrivez-vous si vous désirez recevoir la lettre d’information de la Congrégation

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Share This