Sœur Marie-Yvonne PLOUZENNEC (Mie Thomas de Jésus) 1923-2015

PLOUZENNEC Marie YvonneSœur Marie-Yvonne est décédée à la Ste Famille de Kermaria le 27 avril 2015 à l’âge de 92 ans dont 74 années de vie religieuse. Ses obsèques ont été célébrées en la chapelle de Kermaria le 29 avril à 14h30

MOT D’ACCUEIL

Marie Yvonne PLOUZENNEC est née à POULDREUZIC le 17 janvier 1923.
Elle a fréquenté l’école primaire jusqu’à son certificat d’études en 1936. Trois ans plus tard, elle rentre à Kermaria et prononce ses vœux en 1941 sous le nom de sœur Marie Thomas de Jésus.

Après sa profession, elle exerce le métier d’infirmière dans différentes communes, particulièrement à Grand-Champ pendant 10 ans, à la Chapelle-Neuve 18 ans et Baud, 6 ans.
En 1977, elle prend un temps de repos et de recylage. Puis nous retrouvons Marie Yvonne à Querrien, dans le centre de soins du secteur. A Saint Pol de Léon elle déploie toute sa compétence au service des prêtres retraités, qui l’ont d’ailleurs très appréciée. En 1990, en retraite, elle rejoint la communauté Sainte Anne à Quimper et plus tard celle de l’évêché. Après un cours séjour à Plonéour-Lanvern, sa santé déclinant, elle arrive à Kermaria en 2008 et est accueillie à la Sainte Famille à la fin de cette année.

D’après les témoignages reçus, Marie Yvonne était une infirmière très estimée. Par tous les temps, elle prodiguait les soins et réconfortait physiquement et moralement les gens simples des campagnes. Très consciencieuse dans son travail, elle était aussi discrète au sujet des malades et de leurs familles. Très proche des gens, elle partageait leurs joies et leurs peines, continuait ses visites réconfortantes surtout après des moments difficiles à vivre. Des personnes de Querrien demandent encore de ses nouvelles.
En communauté, Marie Yvonne était gaie, joviale. C’était une personne facile à vivre, courageuse, ne se plaignant pas lors d’accrocs de santé. Elle aimait les rencontres entre sœurs et faire la fête. Dans les réunions communautaires, elle s’exprimait facilement et préparait à son tour la prière. Elle avait une grande dévotion à Notre Dame de Penhors.
A la Sainte Famille, lorsqu’une de ses sœurs téléphonait, la conversation se passait en breton. Peu à peu, la parole s’est faite plus rare, jusqu’au silence complet, mais son sourire exprimait sa joie de l’attention qu’on lui portait lorsqu’on la saluait.
C’est paisiblement, Marie Yvonne, que lundi matin tu nous as quittées, sans bruit.
Au cours de cette Eucharistie, nous rendons grâce au Christ ressuscité, pour ta vie toute donnée dans la simplicité.

0 comentarios

Enviar un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

dieciocho − diecisiete =

Un peu
d’histoire

Notre
Spiritualité

Rejoindre
notre famille

Nos
communautés

Newsletter

Inscrivez-vous si vous désirez recevoir la lettre d’information de la Congrégation

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Share This