Le MOULLAC Reine (Sœur Laetitia Marie)

 

Reine Marie LE MOULLAC

Sœur Laetitia Marie

1925 – 2020

Reine le Moullac est née le 14 août 1925, au centre-ville de Pontivy où ses parents tenaient un bar, dans une famille de quatre enfants. Elle fait connaissance des Filles de Jésus pendant sa scolarité.

Elle choisit de rentrer à Kermaria en septembre 1942 pour être infirmière. Le 04 août 1944, elle s’engage dans la congrégation de Filles de Jésus et prend le nom de Sr Laetitia Marie, en fidélité à son attachement à Notre Dame de Joie très honorée à Pontivy.

De 1944 à 1962, comme elle le souhaitait, elle a exercé sa profession d’infirmière auxiliaire surtout dans le secteur de Guilliers, Néant, Pleugriffet.

Elle passera 2 années à Quimper de 1962 à 1964 pour obtenir son diplôme d’infirmière. Puis, c’est à Rennes, Néant/Yvel, Pontivy qu’elle continue sa mission près des malades. Même en retraite, elle continuera à offrir ses services pour les personnes souffrantes qu’elle affectionnait particulièrement.

A sa retraite, elle rejoint la communauté de Poulfanc en Séné, y vivra 14 ans. Très engagée dans la paroisse St Patern elle a marqué par sa proximité. Elle rentre définitivement à Kermaria en 2013.

A sa famille, à ses nièces, nous présentons toute notre sympathie et l’assurance de nos prières.

Laetitia voulait être proche de tous, des familles pauvres, des personnes qui doivent affronter des situations difficiles (maladies, handicap, personnes seules, personnes alcooliques, prostituées, les gens du voyage… Elle aimait aller à leur rencontre, les écouter, prendre du temps avec elles. En parlant des personnes rencontrées, elle aimait dire « je les aimais ». Pour témoigner de sa proximité, elle n’a pas hésité à vivre une année, à la communauté de la Source à Bréhan, avec les écorchés de la vie.

Parmi les courants spirituels qu’elle a connus, elle se trouve très à l’aise surtout dans le Renouveau charismatique. A Néant, elle sera la première à lancer ce mouvement et entraînera beaucoup de personnes à sa suite.

Très paroissiale, elle s’engage de différentes manières : participation à la chorale paroissiale « avec des gens simples » comme elle dit, fleurissement des autels, entretien du linge. Elle apprécie surtout la rencontre avec les paroissiens et paroissiennes qu’elle savait écouter.

Laetitia avait une grande dévotion à St Joseph : « c’était son homme d’affaire ». Quand elle était dans l’embarras et devant les situations de détresse que vivaient les familles, les personnes qui se confiaient à elle, sa prière se faisait plus pressante et elle ne doutait pas de la sollicitude de ce grand saint …

En communauté, elle partageait volontiers les tâches communes. Femme de foi, elle puisait sa force dans une prière prolongée, dans l’Adoration du saint sacrement. Elle aimait vivre dans le dénuement, se contentant du strict nécessaire.

« Toujours discrète et positive, avec beaucoup d’humanité, de grande qualité de cœur, on pouvait lui parler de tout » témoigne une de ses nombreux amis.

Maintenant, après cette vie toute donnée, que le Seigneur t’accueille dans sa paix et sa joie.

 

0 comentarios

Enviar un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Un peu
d’histoire

Notre
Spiritualité

Rejoindre
notre famille

Nos
communautés

Newsletter

Inscrivez-vous si vous désirez recevoir la lettre d’information de la Congrégation

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.