Agnès LE QUEMENER (Sœur Anne-Marie Agnès)

Sœur Agnès LE QUEMENER

Agnès LE QUEMENER, en religion Sœur Anne Marie Agnès, est née à NEULLIAC, le 21 juin 1921, dans une famille de cultivateurs… Ayant obtenu son Brevet d’enseignement en 1938, elle a enseigné au FAOUET, avant de songer à la vie religieuse. Entrée à KERMARIA en 1946, elle a fait son engagement le 4 août 1948.

Dès la rentrée scolaire suivante, elle est au travail, comme institutrice à l’école primaire du Bois de la Roche, en Morbihan. Nous la retrouvons ensuite dans les écoles de LOPHERET, GRANDCHAMP (Morbihan) puis à TREGORNAN (Côtes d’Armor), où elle assurera en même temps le service de Supérieure. En 1969, elle revient dans le Morbihan, à la Communauté de MELRAND, enseignant un temps à BIEUZY LES EAUX, où elle sera directrice, puis à l’école de MELRAND.

En 1986, elle prend sa retraite à la Communauté de BERNE, où pendant 19 ans, elle assurera de multiples services. A la Communauté, elle cuisinait à son tour et assurait l’entretien du linge. A la paroisse, elle fleurissait l’église avec d’autres personnes et prenait soin du linge d’autel. Pendant quelques années à BERNE, elles seront 3 sœurs à la Communauté, puis, pendant de longues années, elles vivront à deux : Agnès et Ernestine CADIO. Elles s’entendaient très bien et Ernestine elle-même disait « nous sommes comme deux sœurs ».

Elles étaient très appréciées de la population, car très proches des gens. Quand les personnes de BERNE venaient voir Ernestine à Kermaria, Agnès était toujours au nombre des invitées.

Agnès était une personne très discrète, timide, plutôt effacée, parlant peu, sauf quand elle se sentait très à l’aise. Elle était attachante, avec du caractère. Tout le personnel de Pierre Noury souligne son beau sourire et toutes : infirmières et aides-soignantes l’ont particulièrement entourée ces derniers temps. Très douce, elle était agréable dans ses relations tant avec les gens qu’en Communauté. Agnès était très pieuse et tant qu’elle a pu, elle a été très fidèle aux prières communautaires. Elle passait de longs moments dans sa chambre où elle ne manquait pas de converser avec le Seigneur, dans le silence et la solitude.

Depuis quelques mois, Agnès perdait ses forces. Nous avions l’impression qu’elle désirait mourir. Elle s’en est allée dans la nuit du 15 au 16 octobre, sans bruit, comme elle a vécu.

Agnès, tu as fait la grande rencontre avec le Maître que tu as servi et aussi avec tes amis. Maintenant, n’oublie pas ceux de la terre et parle de nous au Seigneur.
Ensemble, nous allons rendre grâce, pour tout l’amour que tu as reçu et donné.

0 comentarios

Enviar un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

10 − 7 =

Un peu
d’histoire

Notre
Spiritualité

Rejoindre
notre famille

Nos
communautés

Newsletter

Inscrivez-vous si vous désirez recevoir la lettre d’information de la Congrégation

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Share This