Vers un « OUI définitif, porteur de vie »

 

 

 

Sœur Marina Ntsandi en Mission à Karna, au Cameroun, nous partage son expérience, son parcours vocationnel. Ils ont affermi son désir d’être à la suite de Jésus Serviteur et l’a amené à s’engager définitivement dans la Congrégation des Filles de Jésus selon sa Règle de Vie, le 02 janvier 2022 en la paroisse Notre Dame de Lorette à Yaoundé-Cameroun.

 

 

Un cheminement dans la formation première

 

 

Tout a commencé le 10 juillet 2009, jour où je déposais auprès de Sr Denise Toublant, alors Supérieure provinciale, ma lettre de demande d’entrée au Postulat des Filles de Jésus. Dès le mois d’Octobre, avec trois autres jeunes, j’expérimente la vie communautaire, apostolique pour apprendre à connaître le charisme et la mission des Filles de Jésus.

 

Après deux ans passés au postulat, je suis admise, que dis-je ? Je suis appelée à approfondir mon désir à travers l’étape du Noviciat. Cette étape prépare la jeune à ses premiers vœux dans la Congrégation.

 

 

Au Noviciat, j’ai reçu une formation intégrale et humaine à travers sessions, récollections, retraites, accompagnements spirituels, stages communautaires et apostoliques. Cette étape a été parfois joyeuse et parfois difficile. La suite du Christ à certains moments m’a semblé devenir sombre, sans avenir, ni bonheur. Grâce à mes relectures de vie à la lumière des Evangiles, avec les conseils et témoignages des sœurs aînées, j’ai compris que tout n’est pas « rose » pour qui veut suivre Jésus. Il y a des consolations et des désolations, des moments de turbulence et des combats intérieurs. C’est le chemin qu’a connu le Christ et sur lequel je suis appelée à le suivre.

 

Le 27 juillet 2013, je prononçais mes premiers vœux dans la famille religieuse des Filles de Jésus, avec mes trois compagnes. Ce jour-là, je reçus la croix des Sœurs Filles de Jésus ainsi que leur Règle de Vie, des mains de sœur Marie –Thérèse Retho, Supérieure provinciale. Je fus envoyée en mission dans la communauté d’accueil à Mvolyé- Yaoundé.

 

Une expérience missionnaire

Commence alors l’étape du Juniorat. C’est une étape de la vie religieuse qui prépare la jeune à s’engager définitivement dans la Congrégation.

 

Durant cette étape, après le Cameroun, j’ai été envoyée en mission en la République Démocratique du Congo, au Cameroun, puis de nouveau en RDC durant cinq années.

 

« Là où nous sommes envoyées, enracinées dans un peuple, nous vivons proche des gens, en toute simplicité, collaborant, selon nos moyens, à la promotion de tous et à l’annonce de l’Evangile pour qu’ensemble nous devenions capables d’accueillir Jésus Christ et de vivre en Eglise ». (Règle de Vie no15)

 

 

Ce passage de notre Règle de Vie, je l’ai expérimenté lors de mes différentes missions en RDC.

 

Pour être proche de ces « petits » j’ai travaillé dans l’enseignement, étant enseignante de profession. Travailler auprès d’un autre peuple a été pour moi une grâce. Avec les élèves et leurs familles, pour mieux se comprendre, je m’étais mise à apprendre la langue du milieu pour vraiment être avec eux ; connaître et comprendre leur histoire, leur culture, leurs traditions et partager leurs joies et peines, m’a converti le regard et permis de vivre les réalités d’autres populations.

 

Une expérience spirituelle autre que la mienne, à travers chants et rites religieux, nous conduisait tous vers Jésus Christ. Je me sentais vraiment « missionnaire » dans le diocèse de Basankusu (RDC). Durant cette période, dans l’archidiocèse de Kinshasa, j’ai été aussi marquée par les personnes vivant dans le « home des vieillards » de notre paroisse St Achille Kiwanuka. Avec elles, j’ai partagé l’Evangile du dimanche, récité le chapelet et échangé sur leur vécu quotidien ; tout cela en langue locale. Par mois, une messe y était organisée et les fidèles se joignaient à nous.

 

Retour à la source

 

 

En 2015, pour faire mémoire de nos fondateurs et fondatrices, j’ai vécu une grande expérience spirituelle dans la Congrégation. Revenir aux sources en marchant sur les traces de nos devancières m’a permis de vivre pleinement le charisme commencé depuis 1834 par Mère Ste Angèle et ses compagnes, nos premières Sœurs. L’histoire de notre Congrégation m’est alors palpable à travers le pèlerinage sur les lieux de missions de nos Sœurs aînées, les témoignages des personnes de la région de Bignan, de celles qui ont travaillé avec elles dans les écoles, des jeunes qui continuent à recevoir le soutien des Sœurs dans l’encadrement de leurs études. Quelle émotion également devant les reliques gardées comme héritage !

 

Acheminement progressif vers un don total de ma vie.

En 2018, toutes les jeunes Sœurs de la Congrégation, ayant entre 5 et 8 ans de vœux et de différentes nationalités, ont participé à une session organisée par le comité de formation à Ngoya, au Cameroun. Cette formation purement Filles de Jésus nous ouvrait davantage aux réalités d’une vie religieuse fraternelle, communautaire, apostolique selon notre famille religieuse. Elle a aussi rejoint notre vécu des vœux de pauvreté, d’obéissance et de chasteté à l’image du Christ Serviteur et selon notre Règle de Vie.

 

Après quelques années encore, j’ai demandé à prononcer mes vœux définitifs. Ma demande étant acceptée, ma préparation s’est achevée par trente jours de retraite selon les exercices de st Ignace.

 

 

C’est ainsi que le 2 janvier de cette année 2022, entourée de ma famille, de mes Sœurs en Congrégation et de tous ceux venus me témoigner de leur fraternité, en communion avec moi, soutenue par cette parole de la Vierge Marie aux Noces de Cana : « Faites tout ce qu’il vous dira » (Jn 2, 5), j’ai prononcé ces mots :

 

« Seigneur, moi Ntsandi Nga Marina Cécile, je te consacre toute ma vie par les vœux d’obéissance, de pauvreté et de chasteté que je fais pour toujours dans la Congrégation des Filles de Jésus et selon sa Règle de Vie ».

 

Cet engagement je l’ai pris devant Sœur Chrescence Beyala, Supérieure provinciale, représentant la Supérieure générale et devant, Mgr Emmanuel Abbo, évêque d’Ngaoundéré, représentant de l’Eglise.

 

En prononçant mes vœux, ce jour de l’Epiphanie du Seigneur, Mgr Emmanuel Abbo m’invitait à rechercher chaque jour le Christ comme ces rois mages et à ne donner que ce que je possède. Il m’invitait aussi à être joyeuse dans les petites choses simples et à accueillir généreusement les missions confiées pour aimer et servir.

 

Je reçus des mains de Sr Chrescence Beyala, Supérieure provinciale un anneau, signe de mon alliance, de mon engagement et de mon amour filial à Jésus Christ, mon Maître et Seigneur. A la fin de la célébration, Sœur Chrescence m’a envoyée en mission, à Karna au Cameroun.

 

 

Pour moi, cet engagement m’appelle à la fidélité, à demeurer « une Sœur pour tous » et à vivre le charisme, dans la joie en restant ouverte et attentive aux évènements qui marquent notre monde d’aujourd’hui.

 

Dieu seul est capable de remplir une vie au-delà de nos propres attentes les plus souvent différentes de notre bon vouloir.  Pour moi, exister et être heureuse c’est le louer, l’aimer par toute ma vie et le servir à travers mes frères, les petits et les pauvres.

 

Ô Marie, Ô Joseph, accompagnez-moi

sur ma route de chaque jour.

Je vous offre toute personne qui espère en votre Fils Jésus

ainsi que toutes celles qui me sont chères.

Protégez chacune d’elles et apportez- leur votre assistance.

 

Sr Marina Ntsandi fj,

Karna, Cameroun

1 Commentaire

  1. Merci Marina de ton témoignage .

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Un peu
d'histoire

Notre
Spiritualité

Rejoindre
notre famille

Nos
communautés

Newsletter

Inscrivez-vous si vous désirez recevoir la lettre d’information de la Congrégation

Share This