Saint Joseph de Kermaria

 

 

Au cœur de « L’année spéciale dédiée à saint Joseph », par le Pape François, Sœur Anna Chevillard nous invite à faire connaissance avec Saint Joseph de Kermaria.

 

Connaissez-vous ce sanctuaire, situé près de Locminé ? Pour les gens des environs, c’est la Maison-Mère des Filles de Jésus, appelée Kermaria, nom qui signifie «village de Marie». Alors pourquoi l’appelle-t-on Saint Joseph de Kermaria ?

 

En vous dirigeant vers la chapelle, vous passerez près d’un oratoire qui date du début de la Congrégation. Saint Joseph y est honoré sous le vocable de «Saint Joseph Le Pauvre». Vous y rencontrerez sans doute des personnes en prière. Pas de jour sans voir des hommes, des femmes, jeunes ou moins jeunes, venir confier à saint Joseph leurs joies et leurs peines, le remercier comme en témoignent les nombreux ex voto, les fleurs déposées par les bénéficiaires des grâces obtenues ou encore glisser leurs intentions de prière dans le tronc prévu à cet effet. Chaque mercredi soir, les sœurs reprennent toutes ces intentions dans leur prière communautaire.

 

Comment est née la dévotion à saint Joseph

 

A Bignan, en 1834, naît la Congrégation des Filles de Jésus. Dès l’origine, les Sœurs ont à cœur de prier saint Joseph et de le faire connaître. La co-fondatrice de cette famille religieuse naissante, Mère Marie de saint Charles, lui donne un tel essor que la maison achetée à Bignan se révèle trop petite. Il faut donc entreprendre des travaux et transformer 2 chambres pour y aménager une chapelle. C’est ainsi que le 19 mars 1852, lors de la bénédiction de ces nouveaux lieux, la maison est appelée «Maison Saint Joseph de Bignan». Au début de chaque année, la Supérieure rappelle aux sœurs que saint Joseph est honoré comme patron de la Congrégation : «Continuez à l’invoquer avec plus d’amour et de confiance que jamais».

 

En 1854, voyant de nombreuses jeunes venir frapper à la porte de la Congrégation, il faut penser à l’acquisition de nouvelles terres. Un maigre terrain couvert de landes et de bruyère tout proche de Locminé, est proposé. Mère Marie de saint Charles n’hésite pas. «C’est bien cela qu’il nous faut, c’est là que nous aurons notre Maison-Mère».

 

Une légende raconte qu’en ce lieu, une femme qui revenait du marché fit la rencontre d’un homme, rabot à l’épaule, scie à la main, qui lui déclara : «Il se fera ici de grandes choses ; beaucoup y viendront de loin pour vivre ensemble, et saint Joseph y sera honoré». Cette femme lui confia que, chaque jour, elle priait Dieu et aussi saint Joseph. Le menuisier ajouta : «Continuez à prier saint Joseph, car moi aussi, je m’appelle Joseph». Puis l’homme disparut.

 

De Bignan à Kermaria

 

Le 30 avril 1860, après bien des tergiversations, le contrat de vente est signé et le lieu appelé : « Saint Joseph de Kermaria». Les jours suivants, les sœurs et les novices viennent défricher les landes et travailler la terre. Le premier soin des sœurs a été de transférer la statue de St Joseph, de Bignan à Kermaria. A une centaine de mètres de la propriété, une sœur prit la statue dans ses bras et la déposa à l’endroit de l’oratoire actuel.

 

Des locaux habitables existent, mais trop exigus pour accueillir une quarantaine de personnes, il faut construire. Une chapelle est ce qui tient le plus à cœur aux religieuses. Mère Marie de St Charles écrit à ses sœurs : «La chapelle sera dédiée à St Joseph. Tout en nous servant à nous-mêmes, nous avons le désir qu’elle serve à faire connaître ce grand Saint dans les paroisses où nous sommes».

 

 

 

 

 

 

Le Financement

 

Mais où trouver l’argent nécessaire ? Plus l’argent manque, plus la confiance en saint Joseph grandit. En 1863, commencent les grands travaux de maçonnerie. Pour les financer, des images de saint Joseph sont imprimées. Vendues à 7 sous, dans toutes les paroisses où travaillent les Filles de Jésus et bien au-delà, elles contribuent à répandre le culte de ce Saint.

 

Consécration et pèlerinage

 

La dévotion à saint Joseph se répand dans toute la Bretagne, mais aussi au-delà des frontières, par les religieuses obligées de s’exiler en Amérique lors des expulsions de 1902.

 

La chapelle est achevée et consacrée le 22 août 1867 par Mgr Bécel, évêque de Vannes, assisté d’un grand nombre d’évêques et d’une foule nombreuse venant de tous les départements bretons et de plus loin.

 

Le 14 août 1921, la célébration du Couronnement de saint Joseph dont la statue se trouve dans le chœur de la chapelle, attire encore les foules.

 

Le 19 mars de chaque année et le 1er mai rassemblent toujours les pèlerins de St Joseph.

 

Puisse l’année saint Joseph (8 décembre 2020- 8 décembre 2021), voulue par notre Pape François, renouveler notre prière et nous donner l’occasion de raviver notre confiance en Saint Joseph.

 

«Saint Joseph, patron des choses impossibles,

rendez votre protection visible»

Sr Anna Chevillard , fj, Ménéac, France

3 Commentaires

  1. MERCI à toi,ANNA,pour cet article qui sera lu par beaucoup de gens qui peut-être ne connaissent pas Kermaria… et qui apprendront à faire connaître Saint Joseph…Oui , Il est vraiment le » patron des choses impossibles »….amitiés….Maryvonne de Vannes

    Réponse
  2. Beau rappel de l’histoire ! Merci Marie Thérèse de ngaoundéré

    Réponse
  3. Grand merci Anna de nous avoir remémoré l’histoire de saint Joseph dans notre histoire de Congrégation. On peut ainsi renouveler notre dévotion et la propager autour de nous.
    Comme maman est allée à l’école des Filles de Jésus en 1921, elle a acquis une grande dévotion à saint Joseph qu’elle nous a transmise. Et saint Joseph a gratifié notre famille de grandes faveurs.
    Ensemble, louons-le pour ses bontés. Ursule Beaulieu de Rimouski, Canada

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Un peu
d'histoire

Notre
Spiritualité

Rejoindre
notre famille

Nos
communautés

Newsletter

Inscrivez-vous si vous désirez recevoir la lettre d’information de la Congrégation

Share This