Rose FOWLER (Soeur Mary Patrick Joseph), 1929 – 2019

 

Sr Rose de la Province Angleterre est décédée dans la nuit du 22 au 23 avril 2019 au Foyer de Soins Communautaires et Résidentiels de Lourdes, Westgate on Sea, Angleterre. Née en Irlande en 1929, Sr Rose a fait profession le 4 août 1949. Ses obsèques  seront célébrées le jeudi 9 mai à Westgate on Sea.

 

En souvenir de Sr Rose :

 

Ça nous rend tristes, tous et toutes, de dire “Adieu” à notre chère Sœur et amie, Rose Fowler. Nos vies ont été bénies et enrichies par sa gentillesse, son sens de l’humour, sa générosité et sa volonté de servir.  Je l’ai rencontrée pour la première fois à Princes Risborough alors qu’elle partait pour le noviciat en France. Moi-même, j’étais une jeune fille loin de chez moi pour la première fois.  Plus tard, quand nous avons vécu ensemble à Westgate on Sea, nous étions toutes les deux beaucoup plus âgées et la santé de Rose était très fragile.

Rose est née le 15 février 1929 à Corcoaghan, dans le comté de Monahan, Irlande, et a été baptisée le lendemain. Elle était la plus jeune d’une famille de cinq enfants, Michael, Margaret, William et Frank, qui sont tous décédés avant elle.  Rose était le “bébé” et admettait qu’elle était gâtée par la famille. Son père est mort jeune et sa mère, veuve, a dû lutter pour élever sa famille.  Rose était très dévouée à et fière de sa famille à la maison en Irlande – sa sœur Maggie, la mère d’Anne Marie, et ses frères, leurs enfants, ses neveux et nièces. 

Elle parlait souvent de leurs talents musicaux et en danse irlandaise, ainsi que de leurs compétences en langue gaélique. Les murs de sa chambre étaient ornés de leurs photos et de ses prières pour eux tous, ainsi que pour ses amies les plus chères, Sœurs Eithne et Aloysius. Nous sommes très heureux d’accueillir sa famille parmi nous aujourd’hui.

Rose a fait ses études à l’école du couvent Saint-Louis et, au moment de son départ, elle a exprimé le désir d’être Sœur. La directrice lui a proposé plusieurs options. Elle a fait un stage dans un autre couvent mais finalement elle a décidé de venir en Angleterre en 1946 chez les Filles de Jésus.  Là, elle a été reçue au couvent Sainte Thérèse, Princes Risborough, pour se préparer à entrer au noviciat à la Maison mère en France.   Elle avait comme compagnes Sœurs Marion Staff et Peggy Brouder. Elles ont été les premières jeunes femmes à être reçues au juvénat anglais où elles ont passé un certain temps à apprendre le français et à s’habituer à la vie au couvent.

Avant de se rendre au noviciat en France, on s’attendait à ce que les jeunes filles se fassent couper les cheveux.  Rose, cependant, revenait tout juste de vacances à la maison en Irlande avec une belle permanente et était très réticente à se faire couper les cheveux si tôt. Mère St Albert lui a permis de garder la permanente et a insisté qu’elle devienne une postulante modèle pour donner un bon exemple de sa formation au juvénat anglais.

Une fois arrivée à Kermaria, Rose avait du mal à maîtriser la langue française. Un jour elle a présenté une feuille de papier avec une liste de ses péchés à Marion, en lui demandant, « Pouvez-vous traduire ça pour moi ? » Après une année comme postulante, suivie d’une année comme novice, Rose a fait profession le 4 août 1949, sous le nom de Sœur Mary Patrick Joseph (le nom de son père). Avec ses deux nouvelles compagnes, Srs Anna Maria et Mary Ita, elle est retournée en Angleterre, chacune à sa communauté désignée.

Avec grâce, joie et bonne humeur, Rose s’est consacrée pendant de nombreuses années aux besoins matériels des Sœurs de Colne, High Wycombe et Rickmansworth, aidant aux tâches ménagères et aux repas des élèves. En 1968, Rose a été invitée à rejoindre la nouvelle communauté de « Rathmore » au Greenisland, en Irlande du Nord, qui devait servir de foyer pour les garçons catholiques à l’Université d’Ulster. Avec la communauté, et en particulier avec Sœur Ethna, elle a vécu des années des ” Troubles “, partageant les souffrances des habitants et aidant des manières différentes à remonter le moral tant des catholiques que des protestants.

 Après la fermeture du foyer en 1989 et du couvent de Rathmore, Rose a été invitée à être responsable de la nouvelle maison, « Ard Mhuire » et à participer au ministère pastoral dans la paroisse du Greenisland.  Dans ce rôle, Rose portait la Sainte Communion aux malades et aux personnes âgées chez eux. A cette époque troublée, elle offrait non seulement de la consolation spirituelle, mais aussi de l’aide pratique, comme tondre les pelouses ou conduire les gens à l’hôpital. Elle est devenue apôtre de l’œcuménisme.

 Au fil du temps, les Sœurs de la communauté sont devenues, elles aussi, âgées et malades. Rose s’occupait d’elles avec compassion, patience et bonne humeur.  Elle aimait jardiner et a transformé le jardin d’Ard Mhuire, surplombant le Belfast Lough, en oasis plein de paix et de couleurs. Le jardin était un labyrinthe de petits espaces où l’on pouvait s’asseoir et se reposer pour prendre le soleil ou regarder le fleuve.

 L’année 1989 l’a vu célébrer ses 50 ans de vie religieuse, une célébration qu’elle a partagée avec Sr Marion lors d’une Messe et avec le Père Dan Magnier, curé de la paroisse Mill End, qui fêtait lui-même sa 25e anniversaire de sacerdoce. Dix ans plus tard, en 1999, elle a fêté ses soixante ans avec nous à Westgate.

 Au fil des ans, Rose a enterré ses bonnes amies de longue date dans la communauté du Greenisland – les Sœurs Mary Patrick, Patricia, Mary Eithne, Aloysius et Marie Louise. Après avoir souffert une crise cardiaque, elle s’attendait peut-être à y reposer avec elles. Cependant, ce ne devait pas être le cas, et le moment est venu de quitter Greenisland. En 2011, la communauté a fermé et Rose est retournée à sa première communauté de Colne dans le Lancashire où elle avait beaucoup d’amis. Malheureusement, sa santé a commencé à décliner et en 2012, elle a été accueillie dans la communauté des Sœurs retraitées de Westgate on Sea. Rose s’est peu à peu rendu compte qu’elle ne pouvait plus vivre à la communauté donc en 2014, elle a demandé d’intégrer une maison de retraite. Après trois mois à la Loge Eaton qui était assez proche d’Exbury pour que Marion puisse lui porter la Communion chaque jour et où elle était très aimée et appréciée, elle a été transférée à la Communauté des Sœurs Ursulines, “Lourdes Nursing Home”.

 Je pense que c’est le mot “contente” qui vient à l’esprit quand on pense au séjour de Rose dans ce bel endroit de sainteté et de tranquillité. C’est là qu’elle préparait sa dernière rencontre avec le bon Dieu à qui elle a donné sa vie.  Elle appréciait les soins et aimait bavarder et chanter avec les Sœurs et les aides-soignantes. Avoir nos Sœurs avec les Sœurs Ursulines à la maison de retraite de Lourdes est une bénédiction hors de prix et avec Rose, je dis : “Merci beaucoup et que Dieu vous bénisse toutes”.     

 Repose en paix Rose.   Nous te souhaitons « Bonne rencontre avec le Seigneur ».

 

Sr Helen Ramsay fj

Print Friendly, PDF & Email
Publié dans Biographie des soeurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Share This