Rencontre des associés de Bignan

Samedi 9 octobre, c’est «jour de rentrée» pour notre groupe des associé-e-s aux Filles de Jésus, à la communauté des religieuses de Bignan, France.

 

 

Nous sommes accueillies, à 16 h, par un goûter fraternel au cours duquel nous faisons la connaissance des trois Sœurs arrivées dernièrement à la communauté : Madeleine Gru, Monique Le Corronc et Marie-Thérèse Picard.

Nous étions cinq à nous retrouver avec les Sœurs Marie-Thérèse Le Goff et Marie-Thérèse Picard : Denise, Anne, Bernadette, Monique et Elisabeth. Danièle, Raymonde et Bruno sont partis en pèlerinage à Lourdes, le matin même.

 

Mère Marie de Saint-Charles

 

A partir de la lecture de dix courts témoignages sur Mère Marie de Saint-Charles, chacune a été invitée à faire part de ses réactions.

Elue très jeune Supérieure générale, en 1846, elle dut faire face :

  • aux problèmes financiers de la jeune institution,
  • aux rivalités entre Sœurs,
  • aux autorités, même épiscopales,
  • à de nombreuses tractations pour le transfert de la maison de fondation de Bignan à Kermaria,
  • à une grave crise de mysticisme, et tout ceci avec une santé qui se détériore.

C’est en 1860 que les Sœurs ont pu rejoindre la Maison Mère à Kermaria.

 

Pèlerinage à Notre-Dame de Délivrance

 

Puis, en communion avec Mère Marie de Saint-Charles et ses Sœurs, nous nous sommes rendues au village de Trégouët en Saint-Allouestre, là où un oratoire abrite une statue de Notre-Dame de Délivrance.

 

Le Père Jean Pédrono, natif de Saint-Allouestre, interrogé sur cet oratoire, a donné par mail l’information suivante :

«A l’origine -mais je ne connais pas la date – c’était une chapelle où il y avait la messe plusieurs fois dans l’année et pas seulement au 15 août. Pourquoi Notre-Dame de Délivrance ? Ce qu’on m’a dit, c’était pour confier les futures mamans afin que la naissance se passe bien. Par la suite, on a prié Notre-Dame de Délivrance pour les bêtes (cochons, vaches) qui allaient vêler ou mettre bas pour que tout se passe bien… Au siècle dernier, les futurs mariés priaient aussi cette Notre-Dame, la Vierge Marie, pour avoir du beau temps, pour leur mariage !»

 

 

 

Nous avons retenu, par ailleurs, que les religieuses, étant trop à l’étroit dans leur communauté à Bignan, espéraient trouver auprès de Marie une solution à leurs problèmes. A leur retour, elles avaient déjà été exaucées !

 

Il est temps de se quitter

 

A la fin de cette rencontre et avant de rejoindre l’Eglise de Bignan pour la messe paroissiale, nous décidons d’une prochaine réunion avant Noël.

 

Associées Bernadette Hays, Bignan

et Elisabeth Ropert Saint-Jean-Brévelay,

France

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 − cinq =

Un peu
d'histoire

Notre
Spiritualité

Rejoindre
notre famille

Nos
communautés

Newsletter

Inscrivez-vous si vous désirez recevoir la lettre d’information de la Congrégation

Share This