Réflexion pendant la pandémie -COVID19

Confinement, temps de réflexion, temps de conversion.

 

Au début de l’année 2020, j’avais espoir qu’une plus grande prise de conscience concernant les effets du changement climatique conduirait enfin l’humanité sur une nouvelle voie.  L’humanité s’éveille à l’ampleur de la destruction que nous causons dans notre monde. Il est clair que nous devons changer nos comportements et notre mode de vie si nous voulons survivre sur la planète Terre. J’ai été encouragée par le souci de beaucoup de gens de sauvegarder notre maison commune. On estime qu’il y a plus d’un million d’organisations dans le monde qui travaillent à la protection de l’environnement. C’est le plus grand mouvement global en ce domaine à voir le jour dans l’histoire de la civilisation humaine.

 

Arrivée du COVID-19

 

Et voilà qu’un tueur invisible voit le jour. Peu à peu, j’ai entendu parler d’un nouveau virus sortant de la Chine. C’est à la fin février ou début mars que le mot PANDEMIE a attiré mon attention. La dernière messe dominicale à laquelle j’ai assisté a eu lieu le 8 mars et mon confinement a commencé le 9 mars. La vie telle que je l’ai connue jusqu’à lors a pris fin et toutes mes activités ont été mises en attente !

 

Nouveau normal

 

Comme je m’adaptais à la « nouvelle normale », la chose qui m’est venue à l’esprit : finalement, la nature obtient un repos de l’activité humaine – moins de bruit et de pollution de l’air, la diminution des niveaux d’émissions de gaz à effet de serre, les images de différents animaux errant librement dans les rues de nos villes désertes.

J’ai réalisé la gravité des effets de cette pandémie lorsque notre économie a fermé ses portes. Premièrement, la fermeture des écoles, des magasins et des boutiques ensuite le soutien financier de notre gouvernement pour des millions de citoyens et d’entreprises. Nous sommes en territoire inconnu, non seulement pour notre pays mais pour le monde entier !  De nouveaux mots ont commencé à apparaître tels, distanciation sociale, l’éloignement physique, le confinement, la quarantaine, l’isolement personnel…

 

Sagesse de notre terre

 

L’ampleur et les effets de cette pandémie m’ont faite réaliser davantage que la Terre est un organisme autorégulateur et auto-guérisseur et que chaque espèce est une cellule vivante au sein de la Terre. Nous savons que la Terre s’est formée il y a environ 4,8 milliards d’années, et la vie est apparue il y a environ 3,8 milliards d’années. Peu à peu, la vie a commencé à évoluer, différentes cellules travaillant ensemble pour créer de nouvelles formes de vie, en commençant par les créatures à cellule unique jusqu’à des formes de vie plus complexes que nous connaissons aujourd’hui.

Les scientifiques croient que le virus COVID-19 est apparu pour la première fois dans un marché humide chinois à Wuhan. Ces types de marchés mettent les gens ainsi que des animaux vivants en contact constant avec des animaux morts — chiens, poulets, cochons, serpents, civettes, etc. Il est ainsi facile pour les maladies de passer des animaux aux humains.

 

Prise de conscience

 

J’ai réalisé que moi aussi je fais partie du problème. Je mange de la viande et de la volaille, mais je ne veux pas savoir comment nous traitons nos animaux. Je veux faire ma part et trouver une alimentation qui respecte davantage la création et garde un certain équilibre dans la nature.

Pour moi, le virus Covid-19 me rappelle que lorsque la Terre est déséquilibrée, notre planète trouve un moyen de se guérir pour que la vie puisse continuer à s’épanouir même si cela signifie se débarrasser d’une certaine espèce, comme les humains. Voilà ce que notre Terre Mère fera. Nous avons le choix : la vie ou la mort. Nous nous épanouirons en tant qu’espèce lorsque nous aurons compris notre juste place et notre rôle dans cette Toile de la vie. Nous ne sommes pas les maîtres de la Terre ! Nous savons que les humains détruisent bon nombre des écosystèmes dont nous dépendons pour notre survie. Selon le cosmologue Brian Swimme, il n’y a jamais eu autant de destruction sur la planète depuis la disparition des dinosaures, il y a environ 65 millions d’années. Il a fallu 3,8 milliards d’années de créativité pour que la Terre trouve le bon équilibre, pour que la vie telle que nous la connaissons, s’épanouisse. Nous avons réussi à détruire cet équilibre complexe de la vie pendant les trois derniers siècles ! Nous nous rendons compte que la seule façon de survivre en tant qu’espèce est d’entrer en communion avec la nature, de comprendre que nous sommes interconnectés et interdépendants. Nous devons cesser de manipuler et de contrôler la nature pour notre propre usage et abus.

Il est clair et urgent que nous continuions à aller vers l’intendance plutôt que vers la domination et le contrôle. Notre survie même en dépend, sinon la Terre prendra les mesures nécessaires pour éliminer toute espèce qui ne veut pas participer à cette Danse de la Vie.

 

Notre engagement

 

En tant que Filles de Jésus et associés, nous avons choisi de prendre cette option pour la Vie. Alors que le déconfinement commence peu à peu dans de nombreux pays, nous devons continuer à aller vers un mode de vie plus durable pour toute l’humanité. Nous devons trouver notre juste place dans cette Toile de la Vie. Il faut nous rappeler de tout ce que nous avons eu à traverser, les prises de conscience faites, les décisions prises pendant notre confinement. Ce qui est arrivé peut se présenter de nouveau !

 

Invitation et conclusion

 

Je vous invite à méditer sur le passage de Job 12,7-10. C’est un bon moment pour s’arrêter et contempler une créature que vous rencontrez lors d’une promenade ou que vous voyez de votre fenêtre. Comme la créature se révèle à vous, demandez-lui de vous aider à trouver votre juste place dans cette Toile de la Vie. Vous pourriez être surpris, peut-être serez-vous éclairé, grâce à elle ! Soyez ouvert, attentif et écoutez…

« Veux-tu interroger les bêtes ?  Elles t’instruiront ; demande aux oiseaux du ciel, ils te le diront.  Ceux qui rampent sur le sol te feront la leçon, et les poissons des mers t’en donneront les détails.  Qui ne sait  parmi eux que tout est l’œuvre de la main du Seigneur ?  Il dispose de l’âme de tout être vivant et du souffle de vie des humains. »  Job 12, 7-10 (Bible des Peuples)

 

Denise Lirette, fj, Moncton, Canada

Print Friendly, PDF & Email
Publié dans Evènements
2 commentaires sur “Réflexion pendant la pandémie -COVID19
  1. Ursule Beaulieu dit :

    Bravo Denise! Ton discours me remplit de joie et d’espérance.
    Merci de nous partager ces réflexions qui nous aident à vivre d’une façon différente, à prendre nos responsabilités pour protéger notre maison commune et la faire fleurir jusqu’à son plein épanouissement.
    Mes compagnes Jacqueline et Rose-Aimée se joignent à moi pour communier à ce que tu ressens pour notre planète.
    Des échos de Rimouski par Ursule

  2. Merci Denise.
    Félecitations pour ton article.
    Madeleine M.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Share This