Pèlerin ou touriste, vers une Eglise sans frontières

 

Sr Mary Clare Mason, Fille de Jésus en Angleterre, joue son rôle dans la mission de la cathédrale de Canterbury de « montrer Jésus ». Découvrez l’histoire de ce lieu de culte symbolique tandis qu’elle décrit son rôle d’accueillante.

 

Sister Mary Clare Mason in the nave of Canterbury Cathedral

Après mon arrivée à Westgate-on-Sea, la mission d’aumônière de prison que j’avais exercée lors de ma précédente insertion à Peterborough m’a manqué. Voulant répondre d’une certaine manière aux Actes du Chapitre général de 2016, j’ai donc décidé de devenir « accueillante » à la cathédrale de Canterbury, toute proche de la communauté.

 

Avec bien plus de 100 000 visiteurs par an, des équipes de bénévoles sont présentes dans la cathédrale pour accueillir ceux qui s’aventurent dans l’édifice et qui viennent de tous les coins du Royaume-Uni et d’ailleurs. Centre de la communion mondiale de l’Église anglicane, la cathédrale déclare que sa mission est de « montrer Jésus ».

 

star set into the cathedral floor

Les volontaires doivent suivre une formation sur une période de 14 semaines au cours de laquelle ils apprennent l’histoire de la cathédrale ainsi que la manière de faire face aux imprévus. Le tout se termine par un examen écrit ! Imaginez ma surprise de découvrir dans le groupe une nièce de Sr Mary Bovington (Sr St James) qui avait été directrice de St Bernard, l’école des Filles de Jésus, où j’étais élève à High Wycombe.

 

Une histoire mouvementée

La longue histoire du bâtiment remonte à 1400 ans, lorsque Saint Augustin débarqua dans le Kent en 597 pour commencer sa mission de convertir les « Angles » au christianisme. Une première cathédrale a été batie à Canterbury à cette époque, mais le bâtiment majestueux qui se dresse aujourd’hui date d’entre 1070 et 1077.

 

 

view of the Cathedral

 

 

Les tensions entre l’Église et l’État au Moyen Âge ont conduit au meurtre de l’archevêque Thomas à Becket dans la cathédrale en 1170. Becket a été canonisé peu après et la cathédrale est rapidement devenue un centre de pèlerinage avec de nombreux miracles attribués au nouveau saint. Plus tard, le sanctuaire a été victime du conflit entre le roi Henri VIII et Rome, qui a entraîné la destruction de nombreuses églises et monastères. La mémoire de Becket est cependant toujours vivante. Une bougie brûle en permanence à l’endroit où se trouvait le sanctuaire d’origine et certains des miracles qui lui sont attribués sont visibles dans les vitraux de la cathédrale.

 

three stained glass windows showing the story of Becket

 

 

Récits de pèlerins

drawing of the pilgrims on horsebackAu Moyen Âge, le poète Geoffrey Chaucer a écrit les Contes de Canterbury. Dans ce conte populaire, une trentaine de pèlerins voyagent de Londres à Canterbury et s’affrontent dans un concours de contes au cours du voyage. Ils sont issus d’un échantillon représentatif de la vie anglaise de l’époque et les histoires qu’ils racontent reflètent les préoccupations suscitées par les bouleversements sociaux de l’Angleterre médiévale tardive. Je suis sûre que ce même échantillon de la vie anglaise se retrouve chez ceux qui visitent Canterbury aujourd’hui et que les histoires de Chaucer trouveraient leur équivalent dans le monde d’aujourd’hui.

 

pictorial map of Kent

Certains des pèlerins qui se rendent aujourd’hui à la cathédrale sont en route pour Rome ou Saint Jacques de Compostelle, d’autres viennent simplement pour s’émerveiller de la beauté du bâtiment. J’ai récemment rencontré quatre frères Dominicains qui célébraient le 800e anniversaire de l’arrivée de l’Ordre au Royaume-Uni. Ces pèlerins du XXIe siècle avaient décidé de retracer le chemin d’Augustin depuis Ramsgate et se rendaient à Oxford.

 

 

Montrer Jésus aux gens

Lorsque les églises ont été autorisées à rouvrir pour la prière pendant la pandémie, je me suis portée volontaire pour surveiller le bureau situé à la porte principale de la cathédrale, où les gens étaient autorisés à entrer dans une partie de la nef pour allumer une bougie et prier. J’ai vu de nombreuses personnes en larmes lorsqu’elles allumaient leur bougie et j’ai supposé que des êtres chers étaient morts à cause de la pandémie.

 

woman writing a prayer

La crypte reste un endroit calme, permettant un espace pour la prière privée et personnelle. Un tableau de prière est disponible pour que les gens puissent écrire une prière qui sera ensuite placée sur l’autel le jour suivant pendant l’eucharistie du matin.

 

Il est évident que les touristes étrangers sont toujours absents parmi les visiteurs. Cela me donne en fait plus de temps à consacrer pour aider les gens à comprendre l’histoire de ce magnifique bâtiment, et pour explorer les raisons de leur venue. Je me suis retrouvée à discuter avec des personnes d’autres confessions, qui ont loué le fait qu’aujourd’hui, nous pouvons visiter des lieux de culte de toutes les confessions. J’ai discuté avec des infirmières des hôpitaux de Londres venues pendant leur jour de congé. Elles ont trouvé que la paix de la cathédrale les aidait à retrouver le calme intérieur après avoir travaillé en « première ligne« .

 

Moines, frères, et communautés religieuses

view of Cathedral cloisters and chapter house

La salle capitulaire et les cloîtres sont des endroits où je trouve l’occasion de parler des moines, des frères et des ordres religieux. Les gens posent beaucoup de questions sur les moines et les religieux d’aujourd’hui – « Existent-ils encore ? », « Y a-t-il des monastères et des couvents à Canterbury aujourd’hui ?« . Hélas non, mais il y en a eu – les Filles de Jésus avaient une communauté à Canterbury et j’ai enseigné dans l’une des écoles publiques de la ville. Imaginez leur surprise lorsqu’ils découvrent qu’ils discutent avec une Sœur catholique romaine.

 

Canterbury Cross

 

 

Je ne me vois pas comme un guide touristique mais plutôt comme quelqu’un qui s’intéresse aux pèlerins du XXIe siècle. J’utilise les connaissances factuelles pour établir un premier contact, mais j’e l’approfondis ensuite en demandant pourquoi ils sont venus ou même d’où ils viennent. Je prie pour que je puisse rayonner le Christ par ma présence afin de devenir une « Bonne Nouvelle pour les autres ».

 

 

Sr Mary Clare Mason fj

 

 

1 Commentaire

  1. Thank you Mary Clare for your article which brought back many memories of when I did my novitiate in the community at Canterbury. And of going to the Catholic Mass in memory of St Thomas à Becket on the 29th of December in what is now an Anglican Cathedral. Happily, many of the old wounds ar enow healed.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Un peu
d'histoire

Notre
Spiritualité

Rejoindre
notre famille

Nos
communautés

Newsletter

Inscrivez-vous si vous désirez recevoir la lettre d’information de la Congrégation

Share This