Kermaria a fêté Saint-Joseph, travailleur

Lundi 1er mai 2017,

la Communauté de Kermaria

a fêté Saint Joseph, artisan, par un pèlerinage.

Cette célébration présidée par le Père Laurent Percerou, évêque de Moulins, a réuni plus de 700 personnes à la chapelle, dont des enfants accompagnés de leurs parents.

Dans l’après-midi, les pèlerins se sont retrouvés à la chapelle pour la prière du chapelet, suivi des Vêpres (la pluie ayant empêché le déroulement de la procession). Pendant ce temps, les enfants et leurs parents ont pu effectuer un parcours sur le thème :

« En marche, avec Joseph le migrant ».

La présence de trois témoins venant de Libye et d’Azerbaïjan a également donné un regard positif sur ces personnes au parcours difficile.

[spoiler title= »Quelques témoignages et réactions après le pèlerinage vécu par les familles et leurs enfants. » style= »fancy » icon= »arrow-circle-2″]

« J’admire le courage des migrants pour tout quitter, tout laisser derrière eux, affronter les difficultés du voyage, puis le parcours du combattant à leur arrivée en France, et malgré cela ils s’expriment avec le sourire, sans haine mais foi en l’avenir. J’ai été édifiée par le calme des enfants Azéris, leur sérénité et leur calme malgré la longueur du temps de partage.

Une phrase qui m’a beaucoup frappée et fait réfléchir : Mohamed parlant de son travail de chirurgien en Libye « Quand je soigne quelqu’un, je ne vois ni homme ni femme, ni blanc ni noir ni marron, ni juif ni musulman ni chrétien, je ne regarde pas avec les yeux, mais avec le cœur ». Quel témoignage en conformité avec l’Evangile de la part d’un musulman !

En les écoutant, on se dit que sans le savoir, ils nous en enseignent beaucoup sur l’essentiel, sur les priorités de la vie, l’amour du prochain, les services rendus (malgré leur pauvreté et leurs peines)… toutes ces valeurs que nous, européens, avons oubliées depuis longtemps parfois, parce que plongés dans le confort, les richesses, l’égoïsme…

Beaucoup de regrets face aux conditions d’accueil des migrants, aux complications administratives qui pourraient être évitées mais qui leur empoisonnent la vie, au manque de respect ».

Marie (Cornillé)

Merci pour ses magnifiques photos, ces petits instants pris ça et là dans nos échanges.

Pour ma part, j’ai trouvé plutôt positif de bousculer ce que nous avions prévu et laisser tous les groupes ensemble. Jeunes et moins jeunes ont entendu une dure réalité de la vie de certains d’entre nous. Je pense que c’était une chance incroyable d’avoir de tels témoignages. Nos petites « têtes blondes » ont, de toutes évidences, retenu quelques informations. Cela a permis, le soir, au retour, d’échanger sur les parcours difficiles de Mohamed, Jeyhun et Ulcar.

Nous avons fait le bilan en famille de cette journée. Il a été apprécié de vivre cette journée tous ensemble, sans forcément se séparer (j’ai des enfants + grands de 11 à presque 16 ans). Les témoignages ont été le cœur de notre échange d’hier soir. C’est ce qui nous a le plus marqué. Le top a été de voir la solidarité jouer hier avec des échanges de mails, de n° de téléphone… ce pour les aider à trouver un emploi. C’est vraiment super… Pour les enfants, un ballon et tout le monde se retrouve ensemble. D’où ils viennent, ils restent des enfants et jouent aux mêmes jeux. On a vécu « l’universalité » de la dernière étape de notre boussole !

De cette belle expérience, j’ai envie de rebondir sur de nouveaux projets. Pourquoi ne pas penser à des témoignages pour asseoir nos thèmes de réflexion ? Il y a une piste à creuser… Tout dépend des futurs projets.

Florence

« On a été ravi de participer à cette journée du 1er mai à Kermaria. L’accueil des familles, la procession et la célébration sont toujours des moments forts. Nous avons trouvé très convivial le déjeuner : partager l’apéro et se présenter.

L’après-midi qui a été basé sur le témoignage des migrants a été très fort pour toute la famille. Les enfants m’ont dit que c’est ce qu’ils avaient préféré. (très bonne idée). J’espère que l’on pourra avoir de leurs nouvelles prochainement.

Mannaïg (11 ans) avait beaucoup aimé, il y a 2 ans, le partage des enfants par groupes d’âge. Tugdual a bien aimé le fait d’être tous ensemble pour écouter le témoignage et garde aussi de bons souvenirs des parties de foot avec les autres jeunes (même plus âgés, après le repas). Johann et moi avons bien aimé le fait de bouger entre différents lieux, en musique. Je pense que l’idée est à garder pour l’année prochaine, en espérant qu’il fasse meilleur. Merci pour la prière finale.

Dommage que nous n’avons pas utilisé les boussoles, car c’était une très bonne idée. On a vu que vous aviez passé beaucoup de temps à les confectionner car elles sont très belles.

Merci encore pour cette belle journée ! A bientôt ! »

Marie-Annick, Johann, Mannaïg, Tugdual et Ninog. (La Forest- Fouesnant)

 » Invités à participer au pèlerinage de la communauté des sœurs Filles de Jésus par Sœur Marie-Thérèse, nous sommes venus en famille avec nos 3 enfants. Une autre famille du Finistère, des amis, étaient aussi de la partie ;

A l’issue de la célébration, nous étions heureux de pique-niquer ensemble sans savoir exactement ce qui était prévu l’après-midi. Mais nous avions gardé un bon souvenir de notre 1er pèlerinage, 2 ans auparavant.

Lors de l’apéritif inattendu, Sœur Maryvonne a tout de suite créé une atmosphère de partage et d’écoute des autres en nous demandant de nous présenter avec nos enfants. En présentant le thème du pèlerinage, « en marche avec Joseph le migrant », je me suis dit que l’évangile avait une résonance particulière avec la réalité du monde actuel.

Une famille avec 3 enfants, originaire d’Azerbaïdjan et un médecin libyen présents parmi nous ont témoigné en toute simplicité sur leur parcours de migrants, de leur arrivée en 2014 à leur projet d’aujourd’hui. Leur histoire et leur courage pour s’en sortir nous ont impressionnés. Accompagnés de bénévoles du collectif « Béthanie » de Lorient, ils ont expliqué les difficultés pour obtenir un statut dans notre pays leur permettant de travailler. Les échanges avec l’assemblée nous ont permis de comprendre leur situation et de se mettre à leur place. Nos enfants très attentifs ont aussi été touchés par les autres enfants qui ont perdu leurs amis, vont dans une nouvelle école et doivent apprendre une nouvelle langue.

Ensuite, nous avons chanté, prié et marché ensemble vers la Grotte accompagné de Florence, notre accordéoniste. Dans mes pensées, difficile d’oublier comment les aider et réaliser leur souhait de trouver du travail. Mais je n’étais pas la seule car les pèlerins ont beaucoup échangé avec la famille et le médecin et également entre eux pour trouver des solutions. Comment accueillir et faire une place à celui qui a tout perdu ?

Cette journée fût très enrichissante pour les grands et les petits car les paroles entendues ont touché notre cœur.

Merci à Sœur Maryvonne, à Sœur Marie-Thérèse et à tout leur staff ».

Claire, Christophe, Charlotte, Juliette, Antoine (La Forest-Fouesnant)

 

[/spoiler]

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Un peu
d'histoire

Notre
Spiritualité

Rejoindre
notre famille

Nos
communautés

Newsletter

Inscrivez-vous si vous désirez recevoir la lettre d’information de la Congrégation

Share This