Jeunes haïtiens détenus en attente de jugement …

Partage d’une expérience vécue dans un milieu de jeunes détenus en attente de jugement …

« Les pauvres ont une place de choix dans le cœur de Dieu, au point où lui-même ‘’s’est fait pauvre’’ (2 Co 8,9) ».

Paques-Fils-Prodigue-8-cm.jCette parole du Pape François (La joie de l’Évangile n°197) nous rejoint dans l’accueil des jeunes détenus que nous essayons de rencontrer chaque samedi avec une équipe de catéchistes.

Depuis 7 ans, je participe avec cette équipe pour aider à la coordination des différents groupes, intervenir auprès du directeur du centre ainsi qu’auprès des agents et des collaborateurs. Pour le moment, les jeunes sont au nombre de 128, âgés de 12 à 18 ans, répartis en 6 cellules.

Ce centre accueille des jeunes de tout Haïti, aussi faut-il un temps d’apprivoisement pour chacun dans ce milieu assez fermé. Les familles ne peuvent pas les visiter, en partie à cause des distances. Le plus souvent, ils restent donc très seuls.

Toutes les religions peuvent venir rencontrer les jeunes, ce qu’elles font fidèlement.

Notre équipe a la possibilité, avec l’accord des agents qui, dans l’ensemble, sont protestants, de les rencontrer chaque semaine de l’année scolaire. Chaque semaine nous rencontrons donc les jeunes de 2 cellules, pour leur donner la chance de parler en toute confiance.

L’Église catholique veille en effet à garder une présence dans le centre. Une messe est célébrée, en principe, un dimanche par mois. Nous essayons de la préparer les lectures et la prière universelle avec l’équipe. Pour le carême, les prisonniers du pénitencier national avaient préparé les stations du chemin de Croix.

Cette année, nous avons eu un baptême pendant le temps pascal. Ce jeune a cheminé pendant 2 ans pour approfondir sa foi. Au départ, ils étaient plusieurs candidats mais les événements ont fait que certains ont eu la chance d’être libérés et d’autres se sont découragés.

L’important pour nous c’est de créer un climat de confiance, d’écoute qui favorise une liberté de parole. Un jeune nous a dit : «c’est le seul lieu où nous pouvons parler librement».

Depuis un an, la Commission Épiscopale Nationale de la pastorale des Prisons, CENAPAP, a été créée. Elle est présidée par Mgr Quesnel ALPHONSE, Évêque auxiliaire de l’Archidiocèse de Port-au-Prince. Nous avons la chance de nous rencontrer tous les mois, mais le démarrage de la commission est plutôt lent.

S. Madeleine Le Beau, f.j.

1 Commentaire

  1. Je te félicite pour cette mission auprès des jeunes blessés.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 + quatre =

Un peu
d'histoire

Notre
Spiritualité

Rejoindre
notre famille

Nos
communautés

Newsletter

Inscrivez-vous si vous désirez recevoir la lettre d’information de la Congrégation

Share This