Fermé mais ouvert

 

 

Sœur Mary Clare, en communauté à Westgate, au sud-est d’Angleterre, réfléchit sur la façon dont une promenade en ville l’a conduite sur un chemin d’espoir et de joie de Pâques.

 

Un mode de vie différent

 

La pandémie COVID – 19 nous a tous mis au défi de vivre différemment, d’une manière ou d’une autre. Comme aucun grand rassemblement n’est autorisé pour le moment, j’ai décidé de maintenir la tradition du Vendredi Saint, où les chrétiens témoignent de leur foi en se défilant dans leur ville pour y tenir une célébration religieuse. J’ai décidé de faire mon « exercice d’une heure » en me rendant en ville par le sentier qui longue la mer et en saluant tous ceux rencontrés en chemin avec un sourire ou un bonjour amical.

 

 

Il faisait exceptionnellement chaud ce matin-là, et il y avait donc, beaucoup de gens qui promenaient leurs chiens sur la plage. En ville en revanche, c’était très calme, inquiétant même. J’ai lu les avis “FERMÉ” sur les portes des magasins et j’ai été frappé de voir combien de propriétaires donnaient des signes d’espoir. Ils remerciaient leurs clients d’avoir fait leurs courses chez eux dans le passé et exprimaient leur hâte de les revoir.  Tous leur souhaitaient bonne chance en assurant leur sécurité – en d’autres termes, en respectant la règle de la “distanciation sociale”.

 

Un service de remerciement

 

Puis j’ai vu une vitrine qui m’a pris par surprise. C’était une boutique de souvenirs et de cadeaux avec une vitrine de Pâques. La propriétaire l’avait décorée pour transmettre ses meilleurs vœux de Pâques à tous les habitants de Westgate.

 

 

Joyeuses Pâques à tous !

J’espère que la fenêtre vous a remonté le moral

en ces temps incertains.

Restez en sécurité et en bonne santé.

A bientôt, quand j’aurai le droit d’ouvrir à nouveau.

Prudence X

 

La vitrine était remplie d’objets qui représentaient Pâques comme une période de nouvelle vie – il y avait des œufs, des lapins, des moutons de toutes formes et de toutes tailles ainsi que des fleurs artificielles de printemps. La propriétaire avait même accroché une frise de fleurs sur le haut de la fenêtre.

 

 

Voici quelqu’un qui nous donne de l’espoir. Dans son homélie du dimanche de Pâques, transmise en ligne de sa cuisine, Justin Welby, l’Archevêque de Canterbury, a dit :

 

“L’imagination, l’ambition, l’espoir, sont quelques-uns des aliments qui nous nourrissent pendant les temps sombres.”

 

 

 

La Reine Elizabeth, dans son tout premier message de Pâques, a dit quelque chose de similaire :

 

« La découverte du Christ ressuscité le premier jour de Pâques a donné à ses disciples un nouvel espoir et une nouvelle raison d’être. »

 

 

Pour moi, cette vitrine était un signe d’espoir donné à tous ceux qui passaient devant un magasin « fermé mais ouvert ». J’ai envoyé une carte à la propriétaire pour la remercier de la joie qu’elle m’avait apportée. Je l’ai également remerciée d’avoir pris le temps de décorer une vitrine pour donner de l’espoir et de la joie aux autres.

 

Sr Mary Clare Mason dj

Print Friendly, PDF & Email
Publié dans Actualités, Se ressourcer, Témoignages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Share This