Elsipogtog – la découverte du sentier héritage des Mi’kmaq

 

Sr Denise Lirette, Fille de Jésus à Nouveau Brunswick, Canada, nous parle d’une visite en septembre de cinq membres de la Paroisse Immaculate Heart of Mary, Riverview, à la communauté Mi’kmaq de Elsipogtog (Elsi-book-took). Ils ont suivi leur Sentier Héritage afin de se renseigner davantage sur la culture et les traditions de nos frères et sœurs amérindiennes.

 

 

 

 

Nous avons reçu un accueil chaleureux de la part de nos guides : Michelle Levi (2e de gauche), Gary Augustine (2e de droite) et Anna Marie Weir (droite).

 

 

 

Un peu d’histoire

 

Le peuple Mi’kmaq vivent depuis 11 000 ans sur le territoire des Maritimes (Nouvelle Écosse, Nouveau Brunswick, Île du Prince Édouard). Nous comptons deux peuples des Premières Nations au Nouveau Brunswick : les Mi’kmaq et les Malécites. Les premiers Européens arrivés sur leur territoire furent les Français en 1604 sur l’Île Sainte Croix au Nouveau Brunswick. Les Mi’kmaq ont été d’un grand secours pour aider les Français à surmonter les rigueurs de nos hivers canadiens. En retour les Français leur ont appris à cultiver certains légumes.

 

En 1756 a commencé la Guerre de 7 Ans entre les Anglais et les Français en Acadie. Les Malécites ont opté de se mettre du côté des Anglais tandis que les Mi’kmaq ont choisi de se mettre du côté des Français. Jusqu’à nos jours, une grande fraternité règne toujours entre les Mi’kmaq et le peuple acadien.

 

Symbolisme

 

Suite à un bref rappel historique, Michelle et Gary nous ont appris quelques mots Mi’kmaq suivi de leur usage des quatre plantes sacrées. Le Tabac est utilisé comme offrande. Par exemple, si un chasseur tue un orignal, du tabac est donné à l’animal pour le remercier d’avoir donné sa vie pour nourrir la famille. Le Foin d’Odeur est utilisé pour la prière, la Sauge pour nettoyer et le Cèdre pour purifier. Nous participons aussi à la cérémonie de purification en utilisant la fumée de sauge (smudging) après quoi vient la marche sur le Sentier Héritage.

 

Qu’est-ce qu’est une cérémonie de « smudging »?

 

Cette cérémonie traditionnelle purifie l’esprit ou un lieu de toutes pensées négatives avec une fumée produite en brûlant de la sauge, du cèdre et de foin d’odeur. La cérémonie en elle-même ne peut pas être photographiée ou filmée parce que c’est sacré. La fumée est répandue sur la personne en utilisant une plume d’aigle et en récitant la prière suivante :

 

 

Nous purifions nos mains

pour qu’elles soient créatives et douces

Nous purifions nos esprits

pour chasser les mauvaises pensées et les remplacer par de bonnes.

Nous purifions nos oreilles

afin d’entendre ce que les autres nous communiquent

et de comprendre la vérité.

Nous purifions nos yeux

afin de voir la beauté de toute la création.

Nous nous purifions la bouche

afin que lorsque nous parlons,

nous puissions dire des paroles vraies, honnêtes

et qu’elles soient dites en tenant compte de l’autre.

Nous purifions le cœur

pour enrayer tout ressentiment et nous ouvrir à la compassion.

Nous nous purifions les pieds

afin de prendre le bon chemin

et marcher plus unis à nos amis et familles.

 Nous nous purifions le dos

pour lâcher prise à toute colère

et nous ouvrir aux énergies positives et à la guérison.

 

 

Une vie unifiée

 

Ce qui m’a surtout frappé c’est que les Mi’kmaq, comme beaucoup d’autres peuples indigènes, entretiennent un rapport tout à fait particulier avec la Terre et le Créateur. Leur spiritualité est un élément inséparable de leur vie de tous les jours. Spiritualité et activité font parties de la Toile de Vie. Être en harmonie avec la création est d’une très grande importance car ils savent que si nous nuisons à la nature nous nous nuisons à nous-mêmes. Voilà pourquoi, au Canada et ailleurs, ils sont à l’avant-garde des combats pour défendre notre Mère-Terre. Nous avons tout à apprendre de nos frères et sœurs indigènes surtout en ces temps d’Urgence Climatique.

 

Créer des liens

 

Nous espérons, comme paroisse de créer des liens toujours plus forts avec la communauté d’Elsipogtog. Nous sommes tous et toutes enfants d’un seul et même Dieu-Créateur et, ensemble, nous pouvons travailler à notre propre guérison et à la guérison de notre Mère-Terre.

 

Sr Denise Lirette fj

Moncton, Nouveau Brunswick

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Publié dans Actualités, Evènements
3 commentaires sur “Elsipogtog – la découverte du sentier héritage des Mi’kmaq
  1. Très beau message qui tend vers la réconciliation Denise. J’ai beaucoup aimé.

  2. Un grand bravo à ta communauté paroissiale Denise, pour cette ouverture vers des frères et soeurs différents. Merci à toi pour cet article très intéressant sur les Mi’kmaq article qui nous ouvre à notre tour à une autre culture.
    Leur prière est très impressionnante aussi. Ils ont tellement à nous apprendre sur le respect de la nature…

  3. PP dit :

    Formidable! Nos frères et soeurs Mi’kmaq sont en plein dans “Laudato Si'”!!
    Bravo pour la communion qui s’approfondit entre vous!
    Merci pour ce partage stimulant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Share This