Des nouvelles de l’exposition « Dans la guerre les Filles de Jésus 1914-1918 »

« Et l’exposition ? Ça marche toujours? » …Question fréquente, à laquelle on ne peut que répondre : « Et même de mieux en mieux ». Alors, quoi de neuf depuis trois mois ?

La fréquentation ? Elle ne fléchit pas. En six mois, on totalise plus de 3500 visiteurs. Ce trimestre, le net recul des groupes scolaires se trouve compensé par un véritable « rush » de seniors : clubs, associations, mouvements, clôturent leur année d’activités par la traditionnelle journée de détente amicale.

Prêtres de St Joachim

Le groupe de St Joachim

Nous avons donc reçu des groupes parfois importants : MCR d’Hennebont, de Languidic, de Rennes ; sœurs des services communautaires du Finistère et du Morbihan ; maisons de retraite, dont St Joachim, résidence des prêtres âgés à Ste Anne d’Auray ; communautés de Religieux et de Religieuses :

  • les Filles de Jésus, qui découvrent avec émotion l’engagement de nos devancières dans cette page unique de notre histoire;
  • et les autres, qu’il serait téméraire de vouloir énumérer, depuis A comme Augustines (de Gouarec), P comme Providence(de Ruillé) jusqu’à S comme Soeurs de la Sagesse

Des jalons ? En mars et depuis, rencontres multipliées avec la famille Hocquet. Profitant d’une session à Paris, notre équipe a visité les sitesMme Hocquet web des atroces batailles d’ Artois, où périrent en masse Français et Britanniques avec leurs coloniaux du Canada, de Terre-Neuve, d’Inde…etc… Dans le Nord, à Blécourt, chez Daniel et Micheline Hocquet, nous avons fait la connaissance de leur tante Mie Thérèse, 84 ans, propre fille du soldat Henri Hocquet, qui demanda à Mère Blandine d’accueillir sa famille à Kermaria.Le 11 mai, nous avons revu Ophélie, l’arrière petite fille du soldat Achille Hocquet, venue spécialement pour le concert avec ses parents. Le récit des retrouvailles, après un siècle, de Kermaria et de cette famille, passionne toujours les visiteurs, grands et petits.

Veillée-concert

Le 11 mai : Réédition de la veillée-concert déjà donnée en novembre et consacrée aux chants de la guerre 14-18 chantés ou même composés à Kermaria. Le succès ne s’est pas démenti. Un CD des chants exécutés, accompagné du livret des paroles, a été réalisé et reste disponible à la vente.

11 mai: concert à Kermaria

Et que dire des « visiteurs » ? Disons qu’il s’agit plutôt de « partenaires » car c’est d’un échange qu’il s’agit. Beaucoup, dès leur entrée, évoquent volontiers et spontanément le père, grand-père, grand-oncle tombé à Salonique, à Verdun, au Chemin des Dames… ou l’aïeule pleurant ses trois ou quatre fils disparus. Et voilà que l’exposition, les commentaires du guide, la vidéo, rejoignent chez eux cette nébuleuse de souvenirs familiaux, de notions géographiques et historiques confuses, d’émotions, d’interrogations. Ils apprécient de repartir mieux éclairés, et en même temps grandis, justifiés pourrait-on dire, leur petite histoire familiale ayant soudain pris sa place, son sens et sa grandeur dans le gigantesque drame national.

Le partenariat se joue d’ailleurs à un autre niveau par l’échange de documents, photos, objets. Ainsi, le services d’archives municipales de Vannes, qui prépare une exposition sur le thème Vannes, ville-hôpital, trouve son bonheur dans les rapports et journaux de nos sœurs infirmières placées dans six hôpitaux vannetais.

Quant à nos propres collections, elles s’enrichissent de lettres de poilus, de photos, de tenues militaires, d’objets divers, prêtés ou très souvent donnés par leurs propriétaires.

Mgr Centène, Evêque de VannesQui sont ces visiteurs ? On pourrait dire qu’il arrive parfois un visiteur « hors du commun », comme Monseigneur Harpigny, évêque de Tournai ou Monseigneur Centène, évêque de Vannes, ou quelque personnalité bien connue … mais cela supposerait qu’il existe un « profil commun ».Or, il n’y en a pas, et notre bonheur est justement de voir chacun repartir comblé dans ses attentes personnelles :

  • Il y a le passionné d’histoire, avide de savoir.
  • Il y a l’artiste qui goûte la beauté des divers éléments et se délecte même de leur présentation matérielle.
  • Il y a celui dont le cœur s’accorde spontanément à celui des acteurs et des victimes de cette guerre.

Qu’il l’exprime, qu’il l’écrive sur le livre d’or, qu’il le taise…peu importe !

L’exposition a atteint son but !

E. L’Helgouarc’h

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 + huit =

Un peu
d'histoire

Notre
Spiritualité

Rejoindre
notre famille

Nos
communautés

Newsletter

Inscrivez-vous si vous désirez recevoir la lettre d’information de la Congrégation

Share This