Au revoir à St-Thomas d’Aquin

Dimanche, le 20 novembre, Sœur Gisèle Labonté disait aurevoir aux paroissiens de St-Thomas d’Aquin, paroisse francophone, dans le sud d’Edmonton Canada. Voici le texte de son témoignage. 

Bonne fête du Christ-Roi, chers sœurs et frères de St-Thomas d’Aquin. Je remercie Père Jean Claude qui me donne quelques minutes pour vous dire aurevoir. Il m’a aussi demandé de vous parler de mon implication dans la paroisse au cours des années.  Je quitte la paroisse St-Thomas.  Mercredi, cette semaine, je déménage au Centre de la Providence, là où sont déjà huit de mes sœurs, Filles de Jésus. 

Naissance de la paroisse

Dire adieu à la Paroisse St-Thomas me touche le cœur. Je suis devenue membre de cette paroisse en 1958.  J’étais alors Novice, en formation pour devenir Fille de Jésus. 

Nous vivions, à ce moment, sur le terrain où est présentement cette église et le Centre de Santé St-Thomas. Mes compagnes et moi, on nous a demandé de venir chanter à la première Messe qui marquait l’ouverture de la nouvelle paroisse St-Thomas d’Aquin.  Cette Messe avait lieu à la chapelle du Collège St-Jean, présidée par le Père Arthur Lacerte, doyen du Collège, qui devenait curé de la paroisse, en attendant qu’un curé permanent soit nommé.

Comme membre avec une nouvelle mission

Après mon noviciat, je suis allée à Trois Rivières, au Québec, pour une année d’école normale, pour me préparer à l’enseignement.  A mon retour, ma Provinciale m’a demandé de prendre la deuxième année d’immersion française, un nouveau programme qui avait commencé l’année précédente, en lien avec l’École St-Thomas d’Aquin. Cependant, ces premières classes d’immersion était logées sur le terrain des Filles de Jésus, la maternelle, avec Soeur Marie Arthur au sous- sol de notre Maison St-Joseph, et la première et deuxième année, avec Soeur Marie Christine et moi, dans deux classes adjointes à une petite maison en brique rouge, au coin de notre propriété. C’est là que logeait le nouveau curé, l’Abbé Denis Hébert.  Alors pendant cinq ans d’enseignement, en deuxième année, j’ai connu presque toutes les jeunes familles de la paroisse. Quand la paroisse, ayant acquise la petite église et le presbytère qui ont été placés sur le terrain du Collège, l’abbé Hébert quitta la maison rouge et Sr Arthur y est venue avec sa classe de maternelle. En 1970, lorsqu’elle tomba malade, j’ai pris cette classe pour le reste de l’année.

Liens Filles de Jésus et paroisse St-Thomas

Parce que je faisais partie de notre conseil d’administration, j’ai aussi été impliquée avec la paroisse quand nous avons vendu la moitié de notre terrain pour la construction de cette église et quelques années plus tard, l’autre moitié pour la construction du Centre de Santé St-Thomas. La paroisse n’ayant pas de salle paroissiale durant ces premières années se servait très souvent de notre gymnase, à la Maison St-Joseph. Dans les années suivantes j’ai œuvré dans plusieurs paroisses de l’Alberta et aussi au Montana. Quand je revenais à Edmonton, j’étais toujours heureuse de me retrouver à la messe avec les paroissiens de St-Thomas.

De la nouveauté

En 2014, quand j’ai de nouveau déménagé à Edmonton, la paroisse avait pris, pour moi, un nouveau visage. Plusieurs des paroissiens que j’avais connus dans les années 60-70 était maintenant retourné vers le Père.  J’ai été très heureuse de voir tant de paroissiens, très impliqués, qui sont d’origine africaine.  À vous, je dis un merci spécial.  Vous êtes en train de redonner une plus grande vie à notre paroisse.

Aurevoir

En vous disant au revoir, je vous demande de prier pour moi. En allant au Centre de la Providence, j’entre dans le dernier stage de ma vie.  Je pense, le plus important, car il me permettra de me préparer à la grande rencontre.  Celui à qui j’ai voué ma vie, je n’ai jamais vu son visage. Il faut bien que je sois prête pour les noces.  Merci bien. 

Gisèle Labonté, fj.

Edmonton, Canada

3 Commentaires

  1. Bonjour Gisèle.

    Merci pour ton beau témoignage. Toute une une grande tranche de vie au service de la paroisse Saint Augustin.
    Avec toi, je rends grace au Seigneur pour toute cette richesse, pour toutes les belles expériences, rudes parfois sans doute.
    Nous nous sommes connues en 1980. Nous ne nous sommes pas revues depuis. Je me souviens très bien de toi cependant.

    Heureux séjour à la Providence où tu vas retrouver des compagnes Filles de Jésus. Bien unie à toi.

    Réponse
  2. Mon commentaire est parti trop vite., sans que j’aie pu signer, ce que je voulais faire pourtant. Est-ce possible de réparer l’erreur?
    merci

    Réponse
    • Bonjour Madeleine et Bonne Année, Si tu refais ton commentaire, je peux « désapprouver » / faire disparaitre le premier! Rhona

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Un peu
d'histoire

Notre
Spiritualité

Rejoindre
notre famille

Nos
communautés

Newsletter

Inscrivez-vous si vous désirez recevoir la lettre d’information de la Congrégation

Share This