Adieu à notre chalet bien-aimé

Acquis en 1964, notre chalet fj, Entité de Moncton Canada, est situé dans un lieu enchanteur à Grand Digue, Nouveau-Brunswick, Canada. Nous avons bien profité de ce lieu pendant plus de 50 ans. L’heure est venue de nous rappeler les paroles de Qohéleth au ch 3 : « Il y a un temps dans la vie pour toute chose – un temps pour acheter et un temps pour vendre. » Et nous en sommes là.

Un peu d’histoire

Les travaux de construction du chalet se sont prolongés de 1964 à 1968 en grande partie avec le matériel de la démolition du vieux couvent de Rogersville (un de nos premiers lieux de fondation au Canada). Cela fait chaud au cœur de constater le lien entre le passé et le présent.

Au cours des années, on a fait des ajouts aux premiers bâtiments : un petit chalet à proximité du premier, un solarium dans la grande salle commune, un patio rejoignant les deux constructions principales pour faciliter le va-et-vient entre les bâtisses et une rampe pour fauteuils roulants. Sur le parterre, on y voit une grande balançoire, des bancs, une mangeoire pour les petits oiseaux et au fil du temps, un jardin de légumes. C’est tout cela notre chalet a été pour nous !

Un lieu de beauté

Notre chalet est niché dans un lieu enchanteur, au Cap de Cocagne, entouré

partiellement par des arbres, face à une magnifique étendue d’eau – le Détroit de Northumberland. Que dire des couchers de soleil sur la mer ! De plus dans cette atmosphère paisible, nous pouvons nous régaler du chant joyeux des oiseaux. C’est un lieu véritablement merveilleux.

Un lieu de détente

Le chalet est ouvert de mai à octobre. Dans le temps, les novices venaient pour un séjour de vacances. À la fin d’une année scolaire ou après les cours d’été, on y venait soit pour quelques semaines ou quelques jours, afin de se reposer, refaire ses forces physiques et spirituelles, se rencontrer pour se raconter… Il y avait place pour celles qui aiment la baignade ou la natation ou simplement s’asseoir sur le sable chaud et contempler la mer. Un temps était prévu pour recevoir familles et ami(es) ainsi que des Filles de Jésus venues d’ailleurs. Certaines aimaient marcher en pleine nature ou cueillir fraises ou bleuets. A l’automne, on se rencontrait au chalet pour un repas spécial – « un bouilli » aux légumes.

Un lieu de retraite et de ressourcement

C’est important de mentionner des groupes qui ont su profiter de notre chalet

pour des rencontres fraternelles : équipes diocésaines de Moncton, chorales,

employés de MacGillivary Guest Home, rencontres internationales fj pour nos jeunes sœurs Haïtiennes, Dominiquaises et Canadiennes, groupes de sœurs fj d’Europe, rencontres de famille.

Un lieu de célébration

Chaque année, depuis que nous sommes à Riverview, nous avons célébré nos sœurs jubilaires à la paroisse de Grand Digue. Le jour de la célébration – le dimanche-nous avions la joie de nous joindre aux paroissiens pour l’Eucharistie. Après la célébration, nous nous rendions à notre chalet où tout était prévu et préparé : décor de la grande salle, tables préparées pour un repas festif dans une atmosphère joyeuse. Après ce repas délicieux, nous prenions un temps pour fraterniser avant le retour à Riverview.

Autres rencontres : les journées de Province ou de Vice-Province, lancements de l’année…

Voici des expressions recueillies auprès de quelques sœurs à qui nous avons demandé ce qu’a été le chalet pour elles :

  • Lieu de rencontre avec le Seigneur dans la nature
  • Tranquillité
  • Lieu de repos et de ressourcement
  • Paix et détente
  • Fraternité
  • Lieu propice à la contemplation

Oui, notre chalet a été pour nous un sanctuaire où nous avons vécu des moments paisibles et  inoubliables, des temps de contemplation de la nature tout en goûtant à la splendeur et à la bonté du Seigneur. Et aujourd’hui…

Cependant, de temps en temps, nous avons besoin de clôturer un chapitre de notre vie ; nous avons besoin de dire « adieu », et ce moment est arrivé pour  FJ. de l’entité de Moncton.

Il nous faut laisser aller ce chalet bien-aimé. Tout en ressentant un certain serrement au cœur, nous sommes remplies de gratitude pour toutes ces grâces que le Seigneur nous a données de vivre dans ce lieu béni. De précieux souvenirs resteront gravés dans nos cœurs. En ce moment, nous avons le goût de crier :

« Mon Dieu, tu es grand, tu es beau,

Dieu vivant, Dieu, Dieu très-haut

Tu es le Dieu d’amour

Mon Dieu tu es grand, tu es beau

Dieu vivant, Dieu très-haut

Dieu présent en toute création. »

                                    Psaume de la Création

Sr Joyce Brochet, fj, et SrMargaret Wincey, fj

Moncton, Canada

1 Commentaire

  1. Je peux comprendre que ce sera un deuil pour les fj vivantes. Dans l’histoire de la province canadienne, les décisions prises étaient toujours bien réfléchies.
    À Chéticamp, mon village natal, c’est grâce aux filles de jésus si nous avons eu un hôpital. Grand merci encore.
    Et merci pour la bonne éducation que nous avons reçue à l’école.
    Merci pour tout!

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × cinq =

Un peu
d'histoire

Notre
Spiritualité

Rejoindre
notre famille

Nos
communautés

Newsletter

Inscrivez-vous si vous désirez recevoir la lettre d’information de la Congrégation

Share This