Un conte en deux parties

 

 

Les Sœurs de la Province d’Angleterre des Filles de Jésus nous racontent comment elles ont réussi à marquer des anniversaires importants malgré les contraintes actuelles.

 

Prenez trois jubilés de platine, un autre de 75 ans de vie religieuse et un centenaire à célébrer. Mettez-les face à une pandémie, à un confinement dans des communautés séparées par des centaines de kilomètres, et vous pourriez pardonner aux Sœurs de la Province anglaise des Filles de Jésus d’avoir dit que c’était trop difficile. Mais, il ne faut jamais baisser les bras! Oui, nous avons dû annuler la traditionnelle célébration jubilaire qui, en temps normal, voit les Sœurs se réunir en juin. Les célébrations ont eu lieu pourtant au début du mois d’août, chacune dans sa propre localité et avec chaque Sœur mise à l’honneur comme il le faut. Le même aplomb qu’on a montré lors du Grand pique-nique de l’espoir, plus tôt dans l’année, a été mis en avant – une touche appropriée étant donné que les Sœurs concernées ont chacune un lien avec la Seconde Guerre mondiale dans l’histoire de leur vie religieuse.

 

Première moitié au sud

 

Sr Kathleen Clapham Les deux communautés de Westgate, dans le sud-est du pays, ont été les premières le dimanche 2 août à célébrer les vies consacrées à Dieu il y a de nombreuses années, à l’ombre de la Seconde Guerre mondiale. L’invitée d’honneur ce jour-là était Sœur Kathleen Clapham, dernier membre du “noviciat de guerre” anglais, avant que la formation ne retourne à nouveau à la Maison mère de Kermaria en France. Kathleen a mérité nos prières et nos remerciements pour ses 75 années de service actif, qui incluent le fait d’avoir été choisie pour recevoir le « Maundy Money », un honneur de la Reine, pour son service à l’église locale de sa région.

 

 

Deuxième moitié au nord

 

Deux jours plus tard, les Sœurs de Peterborough, dans le nord du pays, ont marqué le Jubilé de platine des Sœurs Winifred Crowther, Sheelagh Clarke et Monica Wyard par une Messe d’action de grâce dans l’église locale de St Luc, suivie d’une célébration. Sœur Teresa, la Provinciale, a pu y assister avec des amis de la paroisse, même si la distance sociale et les masques étaient de rigueur.  Une fois de plus, ce fut l’occasion de se souvenir des longues années de service, principalement dans l’éducation et le travail d’aumônerie. Sœurs Sheelagh et Monica sont entrées au noviciat par nos écoles dans la région du sud-est de Londres, tandis que Sœur Winifred est venue à la Congrégation après avoir été évacuée de guerre avec les Filles de Jésus à Colne, dans le nord de l’Angleterre.

 

 

   De gauche à droite: Srs Elizabeth Fox, Monica Wyard, Teresa            McMenamin, Sleelagh Clarke, Helen Ramsey

 

Et de nouveau au sud

 

Sr Maureen Quinn on her 100th birthday with all her flowers and cards, including one from Her Majesty the Queen ElizabethLa dernière célébration a eu lieu une semaine plus tard, lorsque Sœur Maureen Quinn a fêté son 100e anniversaire à Lourdes, la maison de soins des Sœurs Ursuline à Westgate. Cette fois-ci, il a fallu contourner le “verrouillage” qui a vu les résidents des maisons de retraite strictement confinés sans aucune visite de l’extérieur. Il se trouve que Sr Maureen dispose d’une chambre au rez-de-chaussée qui donne sur le jardin. Ainsi, la Provinciale et deux autres Sœurs ont pu lui rendre visite pour la première fois depuis le 17 mars, même si ce n’était que pour lui dire “Bonjour et Bon Anniversaire” depuis la sécurité du patio. 

 

 

Les visiteurs, qui avaient également apporté les salutations habituelles pour un 100e anniversaire de Sa Majesté la Reine, n’étaient qu’un élément d’une journée bien remplie. Nous remercions ici Sœur Gwyn des Ursulines qui nous a envoyé un rapport complet des célébrations. Nous devons vraiment remercier le personnel de Lourdes d’avoir rendu cette journée si spéciale pour Maureen. Un plateau de petit déjeuner décoré et la Sainte Communion dans sa chambre ont fait place à un déjeuner de fête dans la salle à manger. Le confinement ne signifie pas que vous ne pouvez pas avoir des fleurs, des cartes, des ballons de bonheur, des banderoles et un délicieux repas avec les autres résidents de la maison.

 

“Tout ça pour moi !”

 

Maureen, nous dit-on, vient d’une famille où les femmes ont vécu longtemps. Elle a également fait partie du premier groupe du “noviciat de guerre” qui a fait profession en 1943 et semble avoir gardé le même esprit de combat. Le déjeuner du centenaire a été suivi d’un thé de fête où elle a éteint toutes les bougies sur un énorme gâteau et en a coupé la première tranche. Le thé a été dûment suivi d’un souper à la fin duquel elle a dit “Tout cela pour moi” et a marché jusqu’à la cuisine pour remercier le personnel de tout ce qu’il avait fait pour elle. Puis, pour terminer la journée, elle a regardé la télévision et a été parmi les derniers à se coucher, émue par tout ce qu’on avait été fait pour célébrer son centenaire.

 

 

 

Et pour rapprocher les deux moitiés

 

Nous laissons le dernier mot à Sœur Winifred qui parle au nom de toutes les jubilaires quand elle dit à ceux et celles qui entrent dans la vie religieuse aujourd’hui dans un contexte différent mais toujours troublé :

 

“L’héritage que je voudrais laisser à la génération future

est de vivre en paix avec soi-même par la prière

et de répondre à l’appel du monde partout où

nous vivons notre engagement envers le Seigneur

par la vie consacrée”.

 

 

Les Soeurs de la province Angleterre

Filles de Jésus

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Publié dans Actualités, Evènements
3 commentaires sur “Un conte en deux parties
  1. Deysi Ordoñez dit :

    Excelente sisters

  2. Ursule Beaulieu dit :

    Bravo!
    Grand merci de nous faire vibrer à toutes les fêtes que vous avez su célébrer avec éclat malgré l’état de pandémie!
    De Rimouski, Ursule Beaulieu ainsi que mes compagnes Jacqueline Dionne et Rose-Aimée Diotte.

  3. Anne-Marie dit :

    Très heureuse de retrouver vos visages connus et appréciés. Merci “Winnie”, en souvenir d’Abbey-Wood dans les années 1970.
    Merci de continuer à être lumières dans les lieux où vous vivez la mission des Filles de jésus jusqu’au bout.
    Trouver les moyens de rejoindre chacune autrement, beau témoignage de fraternité dans votre Province.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Share This