Toute ma confiance est en toi

 

Au cœur de cette année du Saint Joseph, Sr Marie-Joe Palabe, en communauté à la Maison Mère des Filles de Jésus, nous parle de son témoignage personnel au Saint Joseph. Ce travail dévoué s’étend sur plusieurs décennies.

 

Hélas, les fêtes du 19 mars et du 1er mai 2021 à la Maison mère de Kermaria ont été elles aussi, les victimes de la pandémie. procession de la fête de ST Joseph de l'oratoire à la chapelleCette année, on n’a pas vu la foule habituelle de Sœurs et de laïques invoquer Saint-Joseph de Kermaria avec amour et confiance. En même temps, on sait bien que la présence protectrice de ce dernier n’est pas réservée aux grands jours de fêtes. Les Sœurs en communauté à la Maison mère l’expérimentent tout au long de l’année.

 

 

 

SAvec Sr Agnès, je suis allée à la rencontre d’une d’elles, Sr Marie Joe Palabe, pour lui demander de nous parler de la place du Saint Joseph dans sa propre vie et dans celle de la Congrégation. Agée de 87 ans maintenant, elle a soigneusement monté son témoignage dans un grand classeur qui s’étend sur plusieurs décennies. Elle ne sait pas elle-même combien de pages ça contient, mais c’est assez lourd pour qu’elle le transporte dans le panier de son déambulateur !

 

 

Soeur marie-Joe en train de regarder son classeurUne petite question sur le début de sa collection avec la réponse …

«Ça, je le fais pour moi, toute seul, parce que j’aimais bien Saint Joseph. » …

et on est parties pour une belle causette. Voici juste quelques extraits !

 

 

Une dévotion qui a commencé jeune

 

(En nous montrant une image de la chapelle comme c’était autrefois)

 

Rhona: « Ton nom de baptême était en effet, Marie-Joséphine, donc tu étais déjà là ! »

 

une vielle carte-postale en noir et blance de l'intérieur de la chapelleMarie-Joe « Oui, j’étais déjà là, mais même si chez moi ma mère était très pratiquante, elle ne faisait pas prier Saint Joseph plus que ça. Ma dévotion est venue de la Sœur et de la statue. Ça, c’est une photo de la chapelle de Kermaria comme c’était quand je suis venue au Juvénat.

 

C’était en 1947 … Avec les souvenirs que j’ai de mon enfance, quand je suis venue voir Kermaria. J’avais un peu le cafard pour dire oui ou non, je choisissais. J’avais 14 ans, pas jeune mais peu débrouillarde.

 

Quand on a ouvert la porte du fond de la chapelle, j’ai vu Saint Joseph et j’ai dit, « Oh, tu es là, toi aussi, oh, ça va aller». Je me vois encore dire ça. On parlait beaucoup de Saint Joseph à Kermaria. »

 

(En parlant d’une carte de prière faite après le décès d’une Sœur)

 

modèle d'une soeur en costumeM.J. « Et ça, c’est une Sœur qui est décédée depuis longtemps et qui m’a beaucoup marquée, Sœur Sainte Elizabeth de la Trinité. Elle est décédée à 34 ans. Elles étaient cinq religieuses dans la famille. Au début, j’étais à l’école publique chez moi et je criais sur les autres, celles de l’école catholique. Un jour, Mr le Recteur n’était pas disponible pour faire le catéchisme. Il nous a dit, « Vous irez à l’école. » Je ne voulais pas aller, mais je me suis dit, « Tu iras. » Et quand je suis arrivée dans la cour, oh, la Sœur m’a bien accueillie. Et en même temps que je la voyais devant moi, je voyais la statue de Saint Joseph dans la cour. Et après ça, ça a continué tout seul, ma dévotion. »

 

 

Quand la « peu débrouillarde » a su insister

 

(En lui demandant de nous parler d’une occasion où elle a prié pour quelque chose de spécial)

M.J. « Pour notre futur nom en religion, la Congrégation demandait aux postulantes de proposer trois noms, prénoms. Malgré mon affection et ma reconnaissance envers Sr Sainte Elizabeth de la Trinité qui m’avait si bien accueillie et suivie à l’école, et maintenant du ciel intercédait pour moi, je ne désirais pas porter ce nom parce que j’avais déjà choisi celui que j’aimerais en l’honneur de Saint Joseph.

 

veille carte postale de l'extérieur de la chapelle à Kermara Il y avait tant de Sœurs à se mettre sous la protection de notre Saint patron, qu’elles mettaient Marie-Joseph point derrière, Joseph point devant et point derrière. Ma maitresse des novices me dit, « Pour Saint Joseph, c’est impossible, il y’en a trop. » Son assistante, a trouvé la Secrétaire générale qui m’imposait d’autres prénoms que je refusais. Elle me dit, agacée, « Allez voir notre Mère générale ! »

 

C’était Mère Saint Thomas d’Aquin. Elle m’accueillie de grand cœur, la Mère générale, je m’explique sur mon apprêt pour Saint Joseph. Elle me dit, « Ma petite Sœur, prenez ce que vous souhaitez, Saint Joseph comme patron. »

 

C’est ainsi que le jour de la prise d’habit, l’évêque de Vannes me dit, « Vous vous appellerez désormais « Sœur Joseph-Marie ». Et, jusqu’au là, je remercie aussitôt Saint Joseph à qui j’avais prié. J’étais sûre que désormais il me prenait sous sa protection.

 

« Saint Joseph guérisseur »

 

M.J. « Je peux vous dire ça aussi – C’était le jour de la fête du patronage de Saint Joseph en avril 1951. J’étais postulante. A la sortie de la chapelle, en nous rendant au réfectoire, notre maitresse des novices, Mère Blandine, me prend à part. Je la vois encore faire ça. « Vous aimez Saint Joseph, n’est-ce pas ? » « Oh oui, ma Mère, comme tout. » « Bien, venez voir si c’est vrai, pendant qu’il n’y a personne par-là, sauf dans la chapelle, suivez la Sœur sacristine, et vous mettez ce billet dans la main de Saint Joseph, là-haut, au-dessus du chœur pour lui demander la guérison de Sœur Marie, novice très malade. »

 

 

la statue couronnée de Saint JosephPerchée là-haut, moi dans la crainte, « Saint Joseph, vous savez que je vous aime pour de vrai et vous aussi, vous m’aimez. Alors, s’il vous plaît, à la demande de Mère Maitresse, guérissez Sœur Marie. »

Le Docteur venu en urgence avait en effet constaté la gravité du mal et fait le nécessaire pour soulager la malade mais il était pessimiste, tout en assurant qu’il passait le soir. Dans la soirée un mieux s’est fait sentir, ainsi que les jours suivants. Sœur Marie a pu poursuivre sa formation de noviciat et après avoir prononcé ses vœux continuer sa mission dans la Congrégation des Filles de Jésus. »

 

 

peinture d'un clochard

« le clochard » de Jean-François Raffaelli

Saint Joseph qui soutient et réconforte

 

(Dans le classeur elle a des souvenirs de Saint Joseph de chaque maison où elle a été en communauté.)

 

Cliquez ici: visite de Saint Joseph

pour écouter Sr Marie-Joe

parler d’un visiteur

un peu mystérieux à la communauté.

 

 

 

 

« Ce que j’aime le plus en Saint Joseph … »

 

(En lui demandant quel aspect de Saint Joseph elle aime le plus)

 

la statue de Saint Jospeh le silencieux

 

 

M.J. « Oh, son humilité, de ne pas se vanter d’être l’époux de la Sainte Vierge, d’être le père de Jésus. Il était travailleur, courageux. J’admire qu’il accepte toutes les prières qu’on lui fait, tout le monde, les dépouillés, les vieux, les pauvres. Il est là à écouter et à exaucer … mais pas trop. On lui demande des choses mais il fait à sa tête aussi. »

 

 

 

 

Les Papes et Saint Joseph

 

(Sr Marie-Joe a du matériel sur ce qu’ils ont dit, les Papes, de Saint Joseph)

 

R. « Jusqu’au Pape actuel ? »

 

M.J. « Le Pape actuel, quand il a parlé de ça le 19 mars, quand il a été intronisé, j’ai trouvé ça bien. Qu’est-ce que je fais ? Je lui écris pour le remercier et il a répondu. Bien, pas lui, mais son secrétaire a répondu. Il m’a envoyé une image.

 

Pape FRançois avec une statue de Saint Joseph

 

Ça, c’est la lettre. La réponse, je ne m’attendais pas à ça, du tout, du tout. J’ai entendu par hasard un frère de Ploërmel dire qu’il allait pour un pèlerinage à Rome. Il allait pour une cause de leur Saint patron, Jean-Marie de La Mennais et je lui ai dit, « Oh, j’ai une envie de faire une course pour le Pape ». J’ai acheté une petite statue de Saint Joseph, une carte de Saint Joseph, et je les ai mises dans la boîte, bien arrangées. En retour, j’ai reçu ça. »

 

Montre-nous ta bonté

 

M.J. « Et voilà, une prière à Saint Joseph que j’aime bien dire, celle-là. Elle est nouvelle pour cette Année de Saint Joseph. Je l’aime bien pour les trois dernières lignes :

 

Mon bien-aimé père,

Toute ma confiance est en toi.

Qu’il ne soit pas dit

Que je t’ai invoqué en vain,

Et puisque tu peux tout auprès de Jésus et Marie,

Montre-moi que ta bonté est aussi grande que ton pouvoir

 

Rhona et Agnès : Un grand merci à Sr Marie-Joe pour ce beau témoignage à Saint Joseph, notre Saint patron. Qu’il continue à accompagner toutes les Filles de Jésus en cette année spéciale et à nous guider vers les chemins de vie en ce temps difficile.

 

Srs Rhona Burns et Agnès Miquel fj

Province France-Belgique

 

 

 

 

2 Commentaires

  1. Très beau témoignage ! Merci ma soeur
    soeur Marie Thérèse Catusse

    Réponse
  2. Chère Joséphine Palabe. Chère Soeur Marie-Joséphine.
    Je suis heureuse de te retrouver… Nous étions ensemble au postulat et au noviciat.. Je me souviens de toi.. Te souviens-tu de moi ?: Francine YHUEL, la soeur de Marie-Thérèse YHUEL. J’étais Missionnaire au Cameroun, et maintenant en suivant un autre chemin, je suis au Canada.. 87 ans… Et nous nous approchons de plus en plus vers l’aboutissement: la rencontre de Dieu… Vivons bien tant que nous vivons. Je te garde dans mon coeur et dans ma prière: Francine YHUEL

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Un peu
d'histoire

Notre
Spiritualité

Rejoindre
notre famille

Nos
communautés

Newsletter

Inscrivez-vous si vous désirez recevoir la lettre d’information de la Congrégation

Share This