Sœur Thérèse  CARON, f.j. (Marie de Fatima)

CARON Thérèse 

Thérèse Caron, fille de David Caron et de Anna Potvin née à St-Eusèbe, Qc, le 29 juillet 1924.
Profession religieuse chez les Filles de Jésus le 4 août 1947,
décédée le 5 septembre 2018

   Thérèse naît dans une famille profondément chrétienne où elle vit heureuse avec ses frères et sœurs et ses parents qu’elle adore.  Comme tous les enfants de son âge, elle fréquente l’école primaire de son village.  Thérèse n’a que 13 ans quand sa mère décède à la suite d’une grave maladie. Son père, parce qu’il aime bien sa fille et a confiance en elle, lui demande de rester à la maison pour s’occuper de ses frères et sœurs, ce qu’elle accepte de grand cœur.  Avec la force de caractère qu’on lui connaît et sa confiance en Dieu, ce « Bon Dieu qui est toujours là pour nous aider » comme elle dit si bien, elle entreprend cette lourde tâche.  Malgré tous les obstacles qu’elle y rencontre, avec l’aide de son père et de ses tantes, Thérèse ne lâche pas.  Avec beaucoup de courage, elle est toujours là au sein de cette petite marmaille qui grandit dans l’amour et la tendresse.

Depuis longtemps Thérèse se sent appelée à vie religieuse, après réflexion et discernement, elle fait sa demande chez les filles de Jésus et son rêve se réalise en septembre 1945Après sa formation au noviciat de Trois-Rivières, elle débute son apostolat dans un petit pensionnat à St-Stanislas, pour aider à la cuisine.  Plus tard, elle se voit assigner des postes dans les régions de Trois-Rivières, Rimouski, Matapédia, Gaspé, Témiscouata.  Tout au long de ce parcours, elle se perfectionne en suivant des cours de cuisine, de couture, de tricot etc…

Thérèse est une femme accueillante, généreuse, toujours prête à rendre service, à écouter.  Elle aime beaucoup son travail, son large sourire le traduit bien.

 Je n’hésite pas à lui appliquer cet extrait de notre RV au numéro 29 :

Nous croyons que Jésus Christ est à l’œuvre dans notre histoire. C’est dans les réalités les plus concrètes
et les gestes les plus quotidiens
qu’il nous révèle sa présence cachée mais active.
Il se donne à contempler sur le visage de chacun de nos frères.
Il est à l’origine de tout effort
pour plus de justice, de liberté, de communion.
Mais pour le découvrir ainsi au cœur du monde,
le trouver en toute chose,
nous avons à nous laisser transformer par son Esprit dans la prière.

Merci Thérèse pour ce témoignage de simplicité, de charité, de don de soi…, merci de t’être laissée transformer par ce Dieu en qui tu puisais ta force dès ton jeune âge.

Print Friendly, PDF & Email
Publié dans Biographie des soeurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Share This