Sœur Tharsile Ratté, f.j. (S. Marie Claude Alphonse)

 

                                                                   Marie Tharsile Ratté (1930-2019)

                                                              (Marie Claude Alphonse)

 

Marie Tharsile Ratté, est née le vingt-sept février 1930 et elle a été baptisée le 1er mars à St-Marc-du-Lac-Long, les Étroits. Les parents craignaient de perdre leur fille menue et fragile. Son père Monsieur Alphonse Ratté était originaire de St- Flavius de Lotbinière et travaillait comme constructeur. Sa mère, Mie-Anna St-Pierre, originaire de St-Eusèbe de Témiscouata, était institutrice. Tharsile était la cadette très choyée d’une famille de douze enfants : quatre frères et sept sœurs. Son enfance fut des plus heureuses.

Comme formation scolaire, elle fréquente les Soeurs du Bon Pasteur à Rivière-du-Loup, les Filles de Jésus à Notre-Dame-du-Lac, les Sœurs de la Congrégation Notre-Dame à St-Pascal de Kamouraska et les Ursulines à Québec.

Femme déterminée, responsable, joyeuse, discrète et pleine de bonté, Tharsile est habitée par un dynamisme musical qui devient sa force et son élan vital à travers vents et marées.  À son entrée au Noviciat, le 1er septembre 1948, elle offre  à Dieu tout l’espace de son cœur où croît  un germe de vie qui ne demande qu’à s’ouvrir pour l’Amour et le service. Sa sœur Rita, également musicienne, l’avait devancée chez les Filles de Jésus. Tharsile prononce ses premiers vœux le 4 août 1950.

 Après  sa profession, elle suit des cours d’été au Pensionnat Notre-Dame du Cap. Elle obtient son Brevet complémentaire à l’École Normale en 1954. De 1954 à 1957, elle réalise ses trois degrés en Grégorien. Sœur Tharsile  part en mission lointaine au Honduras où elle vivra du 14 janvier 1958 jusqu’au 18 décembre 1968. Elle revient à Trois-Rivières pour un temps de repos et, par la suite, fait ses études comme garde-malade auxiliaire, à Buckingham.

 De 1975 à 1983, c’est le retour à Choluteca pour y enseigner la musique et travailler dans un Foyer en assurant des soins aux personnes âgées. Pour aller vers les gens, Sœur Tharsile se véhicule en « scooter». Par son ouverture et sa joie communicative elle sait façonner le bonheur des personnes rencontrées, grâce à son approche pleine d’espérance.

À son retour de l’Amérique latine, elle vient en aide à la famille d’Accueil de la paroisse Saint-Laurent et celle du Vieux Jardin durant six ans.  Elle donne aussi du temps comme préposée aux Archives. De 1992 à 1994, elle devient répondante à demi-temps, à Notre-Dame du Rosaire. Comme infirmière, elle est demeurée bien enracinée dans des valeurs humanitaires.

La communauté St-Jean l’accueille jusqu’en  2001 et notre chère sœur vient en aide à nos Sœurs malades de notre infirmerie. Un temps de repos lui est très bénéfique. Tout comme l’heure du départ, la route est parfois imprévisible.

En 2005, devenue plus fragile, l’alzheimer envahit son corps sans jamais toucher à son cœur. Sœur Tharsile entre à Notre-Dame du Rosaire. Elle conserve son cœur « chantant » et devient particulièrement rayonnante lorsqu’elle s’exprime dans la langue espagnole. Son séjour à la communauté Notre-Dame du Rosaire lui permet un temps d’intimité avec Celui qui l’a séduite. Pour elle, ce temps n’est pas considéré comme une attente de la mort mais bien l’attente du Dieu de la Vie et une nouvelle naissance entre les mains du Père qui l’accueille en ce   jeudi 26 août 2019, à 11h10, à la Résidence Lokia.        

Tharsile avait 89 ans dont 69 de profession  religieuse.

Print Friendly, PDF & Email
Publié dans Biographie des soeurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Share This