Soeur Rose-Aimée ROBICHAUD (Bernard-Maria), 1921-2014

Soeur Rose-Aimée Robichaud est décédée à l’Infirmerie Notre-Dame du Rosaire, le 24 février 2014, à la maison Vice-provinciale de Trois-Rivières, Canada. S. Rose-Aimée avait 92 ans et 72 ans de vie religieuse.

S. Rose-Aimée Robichaud, f.j.

S. Rose-Aimée Robichaud, f.j.

Née à Trois-Rivières, le 3 octobre 1921 du couple Rézaine Robichaud et Alexandrine Bellemare, Rose-Aimée est baptisée le lendemain de sa naissance à l’église Sainte-Cécile. Benjamine d’une famille de trois enfants, elle vit une enfance heureuse. Elle fait son cours primaire et son cours secondaire à l’école Ste-Cécile tenue par les Filles de Jésus. En septembre 1939, elle entre au noviciat et fait sa profession religieuse, le 4 août 1941.

Sœur Rose-Aimée vit à Cap-Chat sa première expérience d’enseignement. L’année suivante, elle étudie au Scolasticat des Filles de Jésus où elle obtient son Brevet complémentaire. Elle consacre dix-sept ans à l’enseignement dans les écoles de la région de Trois-Rivières : au Pensionnat du Cap, St Boniface, St Joseph et Marie-Immaculée. Elle enseignera ensuite à Cap-Chat et à Sayabec.

Rose-Aimée, suite à son expérience auprès des jeunes, devient une bonne surveillante au Pensionnat du Cap. Elle est ensuite mandatée comme responsable de l’Action Catholique auprès des jeunes dans le diocèse de Trois-Rivières. Lors de son départ, après neuf ans de service auprès des jeunes, il a été souligné que Rose-Aimée a été l’âme de l’inlassable collaboration au sein de l’équipe. Son dévouement, sa compétence et son zèle apostolique ont fait d’elle une éducatrice missionnaire. Par la suite, une nouvelle fenêtre s’ouvre sur son monde. Elle est l’une des premières religieuses à se diriger en pastorale paroissiale. Elle vit ce service dans la paroisse St- François d’Assise. Rose-Aimée est ensuite nommée animatrice dans diverses Communautés de Filles de Jésus dont la communauté St Jean à Trois-Rivières ; cette Résidence porte alors le nom de « Maison de Cheminement de foi ». Des jeunes y vivent leur cheminement vocationnel. De 1982 à 1989, Sœur Rose-Aimée travaille à l’Office diocésain des Vocations.

En 2001, la santé de Sœur Rose-Aimée se fragilise, elle doit diminuer ses activités. Elle est accueillie à la Communauté St- Joseph de Kermaria où elle se rend disponible pour assurer quelques heures à la réception de Notre-Dame du Rosaire. Comme détente, Sœur Rose-Aimée apprécie les randonnées dans la beauté de la nature. Elle aime prendre le temps de rencontrer des personnes et de causer avec elles. Tout au long de son séjour à l’infirmerie elle accueille avec joie neveux et nièces et les petits enfants qui l’affectionnent.

Amante de la culture, elle conserve son ouverture sur le monde par la lecture des journaux et sa fréquentation des médias d’informations. Femme de grande foi, elle sait prêter l’oreille et entrer en communication avec Celui qui l’a façonnée à son image. Éprouvée dans sa santé, elle demeure sereine et désire conserver son autonomie.

Le douze janvier 2008, Sœur Rose-Aimée passe définitivement à notre infirmerie Notre-Dame du Rosaire. Dans ce milieu de quiétude, elle perçoit que c’est au plus intime de son âme que se situe l’aboutissement du grand Mystère : découvrir le Visage de gloire qui l’a précédée sur son chemin d’humanité. Durant ses derniers jours, elle connaît des troubles de vision. À l’hôpital Ste-Marie, elle passe des examens. Devant son incapacité à voir clairement, elle dit préférer le grand Passage.

Le 24 février au matin, Rose-Aimée nous quitté paisiblement. Le Père de toute grâce est venu combler son grand cœur d’une Vie en plénitude.

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre + treize =

Un peu
d'histoire

Notre
Spiritualité

Rejoindre
notre famille

Nos
communautés

Newsletter

Inscrivez-vous si vous désirez recevoir la lettre d’information de la Congrégation

Share This