Sœur Monique  LOUÂPRE (1938-2022)     

                                     

                                     

 

 

 

 

 

Monique Louâpre

 

Marie-Louis du Christ

 

1938 – 2022

 

 

Monique LOUAPRE, en religion sœur Marie Louis du Christ, est née le 24 juillet 1938 à Cornillé (Ille et Vilaine) d’une famille de cultivateurs, très simple et accueillante, profondément croyante, favorable à l’épanouissement de sa vocation. A 21 ans, elle fait profession le 12 mai 1959 à Kermaria.

Très marquée par la mort de son frère tué dans un accident, elle a dû réconforter sa famille à laquelle elle est très attachée. Elle nous a quittés le dimanche 20 février.

A vous sa famille, qui êtes réunis nombreux autour d’elle, nous partageons votre peine, et nous vous assurons de notre sympathie et de notre prière.

Monique obtient son monitorat rural à Vannes, ce qui lui permet d’exercer dans l’enseignement rural ménager agricole à Lesneven, au collège de Kermaria puis à Plumelec et Pipriac.

Elle entreprend ensuite des études catéchétiques à Paris, enseigne dans le technique successivement à Paris, puis à Rennes.

Monique a beaucoup aimé l’enseignement et les élèves.

Les jeunes qu’elle enseignait l’appréciaient. Elle avait le souci de se mettre à leur portée, les écoutait, leur donnait confiance, reconnaissait les capacités de chacune et consacrait beaucoup de temps à sa formation professionnelle et à la préparation de ses cours. Engagée au Secours catholique, elle s’est mise au service des plus pauvres, et y fera des rencontres qui l’ont beaucoup marquée ;

C’était sa manière de vivre le charisme de la congrégation : Honorer l’humanité sainte du Fils de Dieu.

A l’occasion de ses 60 ans de vie religieuse, elle disait : Je rends grâce à la congrégation qui m’a tout donné et m’a permis de vivre en Filles de Jésus jusqu’au bout. » Dans cet esprit, elle était fidèle à se rendre à Kermaria, pour les fêtes et les divers rassemblements.

Au terme d’une vie bien remplie, elle rejoint la communauté Sainte Famille en avril 2018.

A l’EPHAD de la Ste Famille, elle s’y sentait bien, admirant les collines boisées de Moustoir-Ac proches de sa chambre. Elle partageait le chapelet de Lourdes avec sa voisine plus handicapée qu’elle.

Merci au personnel de la maison, qui sait donner du bonheur et du réconfort aux résidents ; elle savait le reconnaître.

Quand Monique était en forme elle participait volontiers aux animations proposées, culturelles ou religieuses, Elle appréciait beaucoup les temps de prières ou de partage d’évangile. Malgré son handicap de la parole, elle reprenait tout haut des versets de psaumes, heureuse d’y arriver jusqu’au bout.

Les derniers jours, la maladie a repris le dessus avec beaucoup de souffrance. Elle a demandé de prier avec elle. C’est avec foi, qu’elle essayait de reprendre au vol quelque bribes du « Je vous salue Marie » : « Ste Marie mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. »

 

Voici, son message- testament retrouvé dans son dossier :

« Je demande pardon à tous ceux et celles à qui j’ai fait de la peine sans le vouloir. Je dis merci à tous ceux et celles qui m’ont aidée avec toute leur bonne volonté, leur chaleur humaine, leurs prières et ils sont « multitudes »

J’ai confiance que Jésus et Marie, ma Mère dans la foi nue…m’accueillent dans ma misère et mon désir d’avoir voulu aimer avec leurs cœurs. Priez pour moi ! Je ne vous oublierai pas. Je dis au revoir à tous et tout spécialement à ma chère famille que j’ai tant aimée et que j’ai peinée sans le vouloir… Merci, à ma famille religieuse.

Jésus et Marie, accueillez-moi avec tout ce que je suis.

Mon Dieu, dans votre miséricorde et votre amour ! »

Au revoir Monique !

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Un peu
d'histoire

Notre
Spiritualité

Rejoindre
notre famille

Nos
communautés

Newsletter

Inscrivez-vous si vous désirez recevoir la lettre d’information de la Congrégation

Share This