Le cortège funéraire de la Reine

Sr Teresa McMenamin dj, du District Angleterre, partage avec nous ses pensées et ses sentiments alors qu’elle assistait à l’arrivée du cortège funèbre de Sa Majesté la Reine Elizabeth II au Buckingham Palace, à Londres.

Reconnaissance pour une vie de service

Lorsque nous avons appris le décès de la Reine, j’ai ressenti un profond désir d’être parmi les nombreuses personnes qui allaient la voir reposer dans le Westminster Hall, le bâtiment le plus ancien du domaine parlementaire à Londres.   Avec la réalisation des longues files d’attente, cela est devenu impossible, mais le désir de faire quelque chose – de manifester ma gratitude et celle des Sœurs pour l’exemple de sa foi profonde et de sa longue vie de service – est resté en moi.

Queen Elizabeth pleding herself to the service of the antion

« Je déclare devant vous tous que ma vie entière, qu’elle soit longue ou courte, sera consacrée à votre service et au service de notre grande famille impériale à laquelle nous appartenons tous. »

La Reine Elizabeth II le jour de son 21ème anniversaire1947

Une offrande en retour à Dieu

Je me suis donc jointe à la foule devant le palais de Buckingham, alors que son cercueil était ramené du Château de Balmoral en Écosse.  Tout autour du palais, et le long des grandes avenues qui y mènent, la foule attendait, respectueuse et réfléchie, les gens parlant à voix basse à ceux qui l’entouraient, se remémorant des souvenirs ou parlant simplement de la vie et de la mort, sans se soucier de la bruine et de l’obscurité qui tombaient.  J’ai senti que c’était une prière – une offrande à Dieu d’une longue vie remplie de foi, une action de grâce pour la vie de service de la Reine, un sentiment de perte partagée, et une prière pour obtenir de l’aide et des conseils pour l’avenir.

La simplicité de la mort

 Vers 20 heures, les motos ont annoncé l’arrivée du cortège, les parapluies ont été abaissés, les messieurs ont ôté leurs casquettes et un profond silence a envahi toute la zone.  Le corbillard de verre était illuminé et l’étendard royal recouvrait le cercueil, qui franchit lentement les grandes portes du palais. 

Dans toute cette riche majesté, il y avait aussi la simplicité de la mort. 

« Faire une fin, c’est faire un début.

 La fin est notre point de départ. »

Du poème « little gidding, partie v », ts eliot

La foule s’est dispersée lentement et de manière réfléchie, et j’imagine que beaucoup d’autres, comme moi, ont rendu grâce pour le privilège d’avoir pu être là, et ont porté les autres dans leur cœur, alors que nous prenions nos différents chemins de retour.

Sr Teresa McMenamin, fj

Westgate-on-Sea, Angleterre

1 Commentaire

  1. Merci Teresa de nous avoir fait part de ton émotion et de celles de tes soeurs. Tu nous rappelles que vous avez eu une reine animée et soutenue par une foi profonde, ce que les média n’ont pas mis en valeur en valeur !
    ta belle citation de TS Eliot nous dit que pour tous, petits ou grands, la mort n’est pas la fin mais un commencement… Tous nos souhaits pour l’avenir, le sien, le vôtre, celui du nouveau roi et celui de votre pays.
    Christiane

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Un peu
d'histoire

Notre
Spiritualité

Rejoindre
notre famille

Nos
communautés

Newsletter

Inscrivez-vous si vous désirez recevoir la lettre d’information de la Congrégation

Share This