Soeur Jeanine JUCLA (Sr Marie-Cécile )1920-2020

 

 

 

C’est au mois de juillet que nous avons célébré le centenaire de Marie-Cécile qui nous a quittées 40 jours après pour la louange éternelle.  Ses obsèques ont été célébrées le mercredi 3 septembre à la communauté de Vaylats. Ce mot d’accueil a été prononcé par Sr St Thérèse, la doyenne de 102 ans de la communauté:
Sr Marie-Cécile est née le 23 juillet 1920 à Tonneins (Lot et Garonne) dans une famille très chrétienne, d’origine espagnole dont la foi avait la solidité des montagnes de la péninsule. Elle était la 2ème de 4 enfants.
Elle a connu la Congrégation par les Sœurs de Tonneins dont elle a fréquenté l’école. A 18 ans, elle entre au noviciat des Filles de Jésus de Vaylats et le 25 septembre 1940, elle prononce ses vœux. Elle a 20 ans.
Aussitôt envoyée à Caudecoste dans le Lot et Garonne où elle est restée pendant 6 ans. C’est à Vaylats qu’elle a exercé le plus longtemps son rôle d’enseignante où elle est restée de 1946 à 1978: 32 ans.
Envoyée un an à Cahors, elle n’a pas pu s’habituer à l’indiscipline des enfants de la ville, bien moins calmes que les ruraux de Vaylats. A Négreplisse, elle est restée de 1979 à 1982. Ses talents de musicienne étaient appréciés des paroissiens.
Après un rapide passage à Gourdon, puis à Villeneuve dans le Lot, c’est à Limogne qu’elle met ses talents d’organiste au service des paroisses pendant 5 ans. Prête à aller animer une Messe dans les villages voisins sur la demande des fidèles.
Depuis 1990, elle est à Vaylats où elle vit une retraite paisible à l’affût de rendre service ayant même parfois des initiatives inattendues.
Toujours prête à accompagner un chant, le chant était comme la respiration de son être. Elle fredonnait discrètement et jouait souvent de son fidèle pipeau, compagnon de sa retraite. Un habitant actuel du village ne nous disait-il pas récemment: “Quand je venais au catéchisme, Sr Marie-Cécile nous faisait chanter, je la vois encore avec son pipeau qui nous entraînait et nous faisait aimer musique et chant.”
Elle aimait faire plaisir. L’une d’entre nous n’a-t-elle pas bénéficié d’un joli sac à ouvrage confectionné par elle et qu’elle garde encore comme un humble mais chaud souvenir.
Depuis plusieurs mois, on lui parlait de son prochain centenaire qu’elle attendait avec joie. Le 23 juillet dernier, malgré le confinement, nous étions heureuses avec sa nièce et son neveu, et quelques Sœurs qui avaient pu se joindre à nous, de participer à  une Messe festive suivie d’un coupe de champagne offerte par l’Association Jean Liauzu. Les résidents s’étaient joints à nous. Elle était heureuse et il nous semble qu’ayant vécu ce grand événement qu’elle désirait, il ne lui restait plus qu’à préparer sa mort. C’est donc discrètement qu’au petit matin du 2 septembre, dans une discrétion qui l’a toujours caractérisée, elle nous a quittées 40 jours après son centenaire.
Coïncidence ou hasard? Ce chiffre ne serait-il pas une réponse du Seigneur à sa petite servante? Sr Marie-Cécile, fleurette effacée et chantante, jouis au ciel de la musique céleste et souviens-toi de nous près du Père. Nous comptons sur toi.
Zone contenant les pièces jointes
Print Friendly, PDF & Email
Publié dans Biographie des soeurs, Evènements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Share This