Douze ans de vie en abondance

Sœur Ruthina Francis, fj, nous raconte son expérience missionnaire en Afrique  pendant 12 ans. C’était un appel qu’elle n’avait pas choisi, mais qu’elle a appris à accueillir à bras ouverts, pour honorer l’humanité du peuple africain.

Les déplacements t’attendent

En 2010, j’ai eu un appel du Conseil Général de partir en mission dans la province Afrique. Quelle nouvelle !!! J’étais déstabilisée dans mes habitudes, dans mes esprits, et cela pour quelque temps parce que je ne comprenais pas. Je me suis posé des questions : « Pourquoi moi et pas l’autre ? Est-ce que je serai accueillie par la province Afrique ? Quel sera mon travail ? Que deviendront mes parents ? Comment apprendre une langue étrangère ? » J’ai cherché des excuses et ne voyais que  la négative. C’était une vraie bataille intérieure qui a duré quelques mois.

Cependant, je suis revenue sur mes motivations à la vie religieuse et aux paroles de notre Règle de Vie: “Nous restons disponibles pour dépasser les frontières de notre propre culture et pour “partir”, si la mission le demande…”RV, n°19. J’ai relu la lettre de mon acceptation aux vœux définitifs en mars 2005. Dans cette lettre écrite par Sr. Christian Lorcy alors Supérieure générale elle dit : « Comme vous le savez, faire profession ne nous rend pas parfaits, c’est un chemin qui nous mène vers l’inconnu… vous entrez dans une Congrégation qui a une dimension internationale… et des « déplacements » vous attendent, mais vous savez qu’il est possible de les vivre. »

J’étais réconfortée par le fait que je ne suis pas seule dans la mission, mais tout devrait se faire en communion avec ma Congrégation et d’une manière plus large l’Eglise qui m’envoie en mission. Comme c’est écrit dans le livre d’Isaïe, (Is 6, 1-2a.3-8) », j’ai exprimé ma disponibilité : « Me voici, envoie-moi ». C’est ainsi que je suis partie au Cameroun pour dix ans ensuite pour la Côte-d’Ivoire pendant deux ans.

Sortir de Soi-même

Dès mon arrivée au Cameroun, je me trouvais vite intégrée dans la Province, mais tout en me rendant compte que ma mission ne pouvait pas être comme avant. Pour être cette missionnaire libre et joyeuse que je désirais, je devais me convertir pour être un vrai « témoin du Christ ». Comme le dit pape François, nous devons « être toujours prêts à sortir de notre zone de confort pour partager la foi ». En ce sens, le changement intérieur était important pour que mes actions et mes paroles deviennent fertiles et qu’elles deviennent un témoignage du Christ ressuscité sur cette « terre étrangère ».

En effet, il n’était pas toujours facile de faire face à moi-même ; il fallait faire confiance dans le Seigneur surtout dans les moments de fatigue et de doutes. J’avais besoin des grâces nécessaires pour me détacher de tout afin d’accepter ma mission avec joie, sans douter. Je comptais énormément sur le soutien de mes Sœurs, Filles de Jésus à travers le monde quel que soit leur état de vie. Leurs prières étaient précieuses pour la réussite de ma mission.

Se laisser transformer par l’autre

Un deuxième aspect qui a complété ma mission a été la découverte de la richesse de l’autre dans sa culture. Ces rencontres avec des gens éveillaient mon désir de les connaître davantage, de découvrir leur art de vivre, leurs rites et leurs manières d’être en prière, leurs combats et leur foi. J’ai découvert une nouvelle identité. En effet, le succès de ma mission ne dépend pas des moyens utilisés, mais du fait de me laisser transformer dans la rencontre avec l’autre grâce aux regards croisés sur la Parole de Dieu, mais cela pas pour devenir semblable à l’autre.

J’aime cette parole de Timothy Radcliffe, OP : « L’on est missionnaire « non pas par ce qu’on fait, mais par ce qu’on est » – ou plutôt, par le consentement de laisser transformer tout son être en étant chez et avec d’autres. Cette transformation par l’autre me poussait à aller plus loin et me rapprochait de ma propre vérité, de me  « regarder dans le miroir ». Il est évident que nous sommes différents, mais unis dans la famille de Dieu et cette différence était une chance et non pas un obstacle pour ma mission. C’était une rencontre vraie qui m’a fortifiée.

Conclusion

Ma mission dans la Province Afrique parmi les jeunes étudiants, les élèves, à la pastorale paroissiale ou avec les ‘’junioristes’’ était « une aventure spirituelle » forte. Elle m’a beaucoup apporté humainement et spirituellement. Bien sûr, mon pays me manquait, mais j’apprenais à porter un nouveau regard sur les gens inconnus et sur toute la réalité.

 Le chant « Christ aujourd’hui nous appelle » résume bien ma mission dans la province Afrique : « Christ aujourd’hui nous envoie, Dieu nous donne sa joie, partez loin, l’aventure est infinie, ses chemins sont amour et vérité  ».

Merci au Seigneur pour son inspiration et ses grâces !

Merci aux Sœurs de la province Afrique pour votre accueille et votre soutien.

Sans votre amour je n’aurais pas réussi ma mission !

Sœur Ruthina Francis, fj, Paris, France

4 Commentaires

  1. Vous avez été une soeur,une mère pour beaucoup d’entre nous ma sœur et en particulier pour moi Jean Bernard,vous m’avez toujours poussée à croire à moi quand je me decourageait alors je vous dis heublement et sincèrement merci du fond de mon coeur car j’ai vraiment beaucoup appris à vos côté

    Réponse
  2. Quelle beau témoignage transformant et même transfigurant sr. Ruthina. Tu as su t’oublier et te perdre dans l’incertitude, tout simplement dans les mains de Jésus afin de trouver la vraie notion de tes vœux, de ce pourquoi et pour qui tu es devenue religieuse missionnaire. Je partagerai ce témoignage poignant à beaucoup de personnes. Ma prière est qu’en te lisant elles puissent elles aussi être saisi par grâce du vide, de l’inconnu afin de devenir des etres transfigures. Merci beaucoup and always forward my friend. With love.

    Réponse
  3. Très beau témoignage ma sœur, vous avez su être à la fois FILLE de Jésus et MÈRE des enfants de Jésus.
    De mon expérience avec vous j’ai gardé quelques de vos paroles: « Tu peux le faire Allan, tu peux tout faire, tu vas le faire », « keep it simple M. President », « Tu iras loin Allan », « Stop les Boom Boom Boom et vas suivre les informations, un Grand Homme doit être cultivé ».
    Chacun de nous a gardé ce très beau souvenir de la mère quelque fois gendarme et très encourageante que vous êtes.

    Bonne suite de Mission MAMAN♥️

    Thank you very much my Sister, You are a Superhero.

    GOD BLESS YOU

    Réponse
  4. Grand merci pour ton témoignage Ruthina!
    Je vibre à ce que tu décris comme ta mission, ta vie tout simplement.
    C’est vrai que le témoin regarde son Maître; c’est ce qui lui donne de répandre son amour, sa joie et sa paix à tous ceux qui l’entourent.
    Bonne route dans ta nouvelle mission qui sera très différente, mais tout aussi vivante.
    En communion,
    Ursule Beaulieu

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Un peu
d'histoire

Notre
Spiritualité

Rejoindre
notre famille

Nos
communautés

Newsletter

Inscrivez-vous si vous désirez recevoir la lettre d’information de la Congrégation

Share This