Des doigts qui se délient pour les démunis

‘’Partout … nous sommes les témoins de nombreux porteurs et porteuses de lumière au milieu de l’obscurité et nous avons à cœur de les rejoindre là où nous vivons.’’ Micheline Cormier, Supérieure Générale dans sa lettre du 20 novembre 2018 suite au Conseil de Congrégation. Ces paroles encourageantes  semblent rejoindre un groupe de nos sœurs à Riverview Nouveau Brunswick, Canada,  qui participent à un groupe appelé Busy Hands (Mains Occupées) animé par Marie Saulnier fj et accompagnées de quelques laïques.

 

Ce groupe confectionne cravates, mitaines, artisanat etc. qui sont vendus au public, les revenues étant partagés avec des organisations charitables de la région.

 

Récipiendaires

 

C’est ainsi que le jeudi 26 novembre un représentant de six organisations de la région de Moncton, Nouveau Brunswick, Canada, ont reçu chacun un chèque de 1000$ CAN en guise de contribution à leur œuvre de charité à l’approche de Noël.

 

 

Témoignages des participantes

 

Les sœurs sont très heureuses de cette chance de vivre leur mission jusqu’au bout comme le témoignent quelques-unes d’entre elles.

 

Marie Saulnier 79 ans

 

J’ai toujours eu un désir de travailler pour les pauvres, et j’aime bien faire de l’artisanat. Maintenant que je n’ai pas d’autre responsabilité, je peux réaliser mon rêve. Les objets que nous réalisons sont vendus et l’argent est partagé entre 6 organisations charitables avant Noël quand les besoins se font plus pressants.

 

Amélia Deveau, 98 ans

 

J’ai toujours aimé tricoter, travailler avec de la laine. En même temps je dégourdis mes doigts tout en aidant des gens qui ont moins que nous.

 

 

 

Marie Thérèse Arseneault, 88 ans

 

Ça me fait plaisir de faire quelque chose pour les pauvres. Participer à Busy Hands est aussi l’occasion de socialiser. Nous formons une grande famille.

 

Rose Mary Mombourquette, 87 ans

 

Participer à Busy Hands est un passe-temps. En même temps nous aidons les pauvres en fidélité avec notre charisme qui nous demande d’avoir ‘’une tendresse plus particulière pour les plus pauvres’’ (Règle de Vie no 17). Je suis contente d’aider les plus démunis et de soulager leur souffrance.

 

Annette Landry, 86 ans

 

C’est une bonne œuvre parce que nous donnons aux pauvres, tout en fraternisant avec nos sœurs de Canterbury Hall (Centre de Soins Spéciaux) et des laïcs qui participent à Busy Hands. On raconte des histoires du bon vieux temps et on échange de coutumes de différents milieux. C’est un moment de relaxation bien pensé.

 

Jeanne Aimée Audet, 87 ans

 

Je n’aime pas être à rien faire, et participer à Busy Hands est une occasion pour moi “d’honorer l’humanité sainte du Fils de Dieu” ( Règle de Vie no 3) dans ses pauvres. Je prie pour tous ces migrants, tous ces déplacés partout. Je me sens solidaire des personnes dans le besoin en allant faire manger des résidents de Monarch Hall (Foyer de Soins) qui ne peuvent pas se nourrir seuls.

 

Virginie  Poirier,  87 ans

 

Je tricote des mitaines sans pouces pour les enfants, et je leur mets un cordon pour qu’ils les retrouvent facilement. J’aime faire cela parce que je sais que j’aide les pauvres.

 

 

 

 

Viviane Fraser 86 ans

 

Le projet Busy Hands me donne l’occasion de tisser des liens plus étroits avec des membres de ma communauté. Il me permet aussi de vivre proche des laïques, de mieux connaitre qui sont les gens dans le besoin et de faire ma petite part pour leur venir en aide, en solidarité avec d’autres.

 

Helen  

 

C’est incroyable qu’un si petit groupe puisse aider tant de personnes.

 

Catherine Cormier fj, Vice Province de Moncton, Canada

Print Friendly, PDF & Email
Publié dans Evènements
Un commentaire sur “Des doigts qui se délient pour les démunis
  1. Jeannine dit :

    Bravo pour nos soeurs aînées. Il est vrai de dire que «la mission n’a pas d’âge»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Share This