Denise ARS (Sœur Mie Dominique Savio) 1929-2021

 

Denise ARS est née le 29 juin 1929, à Vannes, à l’ombre de la Cathédrale, rue des Chanoines.

Elle a été baptisée et confirmée à la Cathédrale. Elle était viscéralement attachée à la ville de Vannes dont elle connaissait les moindres ruelles et, j’ajouterais, le moindre pavé. C’était une femme de la ville et le Seigneur a répondu à son désir : elle est décédée, à Vannes chez elle (à la communauté) comme elle le souhaitait. Mais partie trop brutalement, ce mercredi 10 mars 2021, vers 17 heures !

Bien qu’elle connaissait bien les Sœurs de la Charité Saint Louis où elle fit sa scolarité, Denise est rentrée chez les « Filles de Jésus » à Kermaria, pour marquer, par la distance, sa rupture avec son milieu de vie. Ses Parents la destinaient à tenir un commerce de Boucherie Charcuterie : elle s’y connaissait en fait de choix de qualité. Cette dimension commerçante l’a profondément imprégnée.

Denise rentre donc à Kermaria en 1949 et prononcera ses vœux le 4 août 1951. Son 1er poste sera le Faouët, puis Etel, Quimper, Carhaix et Plouay. Spécialiste ‘des Cours Alternants’, mis en place par la Congrégation et la Direction de l’Enseignement Catholique, elle a contribué ainsi à faire évoluer la condition de la femme dans nos petites villes et gros bourgs de Bretagne. Pour ce faire, la Congrégation lui a proposé de nombreux temps de formation pour asseoir ses connaissances et affiner ses compétences. Elle le fit d’ailleurs avec brio !

En 1968, elle est nommée à Pontivy au Lycée St Ivy, où elle deviendra Chef de travaux’, dans la section Couture. C’était l’époque du développement des Cours Ménagers, du lancement des Brevets Industriels. Que de jeunes Professeurs elle a initiés et formés, ils lui sont restés redevables. C’était une passionnée de l’Enseignement Pratique. Elle en avait ‘l’Art et la Manière’

Arrivée à l’âge de la retraite, elle quitte son poste à Pontivy en 1994, le glaive dans le cœur. Par chance pour elle, la Congrégation l’appelle pour un départ pour l’Afrique ; elle tente l’aventure. Elle y restera 7 ans. Ce fut une période très riche pour elle ; elle en parlait avec flamme et enthousiasme. C’est alors que nos jeunes Sœurs Africaines l’ont surnommée ‘ « Haut de gamme » : eh oui, c’était Denise ! Viser toujours plus haut.

Puis sonna l’heure d’une vraie retraite : elle fut alors envoyée à la communauté de Plescop et, à la fermeture de celle-ci en 2008, elle rejoignit la communauté du Sacré Cœur, rue Amiral Defforges à Vannes.

Très relationnelle, Denise continuait à cultiver ses relations par des téléphones, courrier, visites. Elle avait un besoin très fort de contacts.

Denise aimait l’aventure, essayer des choses nouvelles. C’est ainsi qu’elle a utilisé très souvent les ‘Services BLABLACARS’ pour aller rejoindre sa Sœur Jeannine et sa famille, près de Toulouse. Famille qu’elle chérissait et à qui nous présentons nos condoléances ; nous savons les liens très forts qui vous unissaient.

Denise a croqué dans la vie ‘à pleines dents’, c’était une ‘bonne vivante’, dirions-nous. Tout l’intéressait. De nature passionnée, elle avait les défauts de ses qualités ! C’est sûr que Denise, au caractère bien affirmé, ne laissait personne indifférent.

Et c’est avec tout cela, avec ses talents et ses limites que sa longue vie Religieuse -70 ans, elle aurait fêté ses Noces de Platine ! – oui c’est avec tout cela que s’est déroulée sa vie avec Le Seigneur, avec ses sœurs en communauté, avec sa famille ici présente et ses très nombreux amis qui sont de cœur avec nous cet après-midi.

Denise, MERCI pour ce que tu fus pour chacun et chacune d’entre nous ; merci pour ce que nous sommes devenus grâce à toi. Merci pour les situations traversées ensemble, merci pour les joies vécues ensemble. Et maintenant, chacun dans l’intimité de son cœur pourra te confier tout ce qui lui tient à cœur.

Ensemble, Denise, rendons grâce au Seigneur pour ce beau parcours de vie et maintenant, intercède pour nous près du Seigneur avec nos Fondateurs et Fondatrices des Filles de Jésus de Kermaria.

 

 

MERCI, Denise !

 

 

 

 

5 Commentaires

  1. Je savais Denise en mauvaise forme depuis longtemps, j’ai tout de même été très surprise d’apprendre son décès. J’en suis bien affectée. Elle était une excellente couturière. Elle a formé bien des femmes en couture à Nkol’Nkumu. les jeunes sœurs l’appelaient familièrement « haut de gamme ». Elles l’appréciaient beaucoup.
    J’ai ensuite vécu avec elle à Yaoundé où elle état précieuse. Elle acceptait de faire de nombreuses démarches dans la ville dans des conditions souvent très difficiles.
    Denise était très vive mais avait un coeur d’or.
    Madeleine

    Réponse
  2. Je viens d’apprendre le Décès de Sœur Denise, que j’ai connu à Pontivy. Je venais depuis son arrivée rue Amiral Desforges, passer des moments avec elle.
    Nous allions c’était notre petit rituel tous les ans chercher notre calendrier chez les frères de la mennais. Nous l’avions fait en décembre.
    Je désire savoir si Denise est enterrée à Locminé chez les sœurs de Kermaria ?

    Réponse
    • Bonjour! Je suis désolée, je ne sais pas si je devrais vous adresser comme Monsieur ou Madame! Merci pour vos mots très gentils, on aime bien recevoir des témoignages des Soeurs comme ça. Denise était un vrai caractère et très appréciée. Oui, elle a été enterrée dans notre cimetière à la Maison mère de Kermaria à Locminé. Malheureusement, avec la crise sanitaire la propriété reste fermée au public pour le moment. J’espère que vous aurez l’occasion d’aller la visiter plus tard dans l’année une fois qu’on l’aura ouverte et de vous promener dans le beau jardin.

      Cordialement, Sr Rhona Burns fj, Coordinatrice générale du site web

      Réponse
  3. Je veux ajouter que j’ai partagé des moments très agréables avec Denise.
    Malgré son âge elle demeurait attentive et soucieuse de chacun curieuse et tellement pleine de vie.
    Je prie pour elle afin qu’elle repose en Paix.

    Réponse
  4. Quand j’ai appris la mort de Denise, j’ai voulu savoir où est ce qu’elle morte. En apprenant que c’est à Vannes, je dis: Merci mon Dieu, tu as accordé à Denise la grâce de mourir à Vannes », car Haut de Gamme, comme nous l’appelions,-et elle en était fière- le souhaitait et le voulait.je ne savais pas pourquoi elle aimait tant cette ville, en lisant le mot ce soir, tout est devenu clair. Chère Denise, Chère HAUT DE GAMME, merci pour les cours de couture à Nkol-nkoumou, à Bin i-Dang et à la Carrière.
    Te connaissant, je ne serai pas étonnée que tu fasses la couture aux anges et aux saint du Ciel.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Un peu
d'histoire

Notre
Spiritualité

Rejoindre
notre famille

Nos
communautés

Newsletter

Inscrivez-vous si vous désirez recevoir la lettre d’information de la Congrégation

Share This