BUIST Françoise (René Maria) 1918-2013

Françoise BUIST

Soeur Françoise BUIST, (René Maria) de la Vice-province de Rimouski est décédée à la maison vice-provinciale le 3 août 2013 à l’âge de 95 ans et 4 mois dont 70 années d’engagement dans la vie religieuse.

Françoise Buist, 2e d’une famille de 3 enfants du second mariage de Raoul Buist et de Hortence Richard est née à St-Geneviève-de-Batiscan. Quatre ans plus tard, ses parents déménagent au Cap-de-Ia-Madeleine en Mauricie…

Très jeune elle développe un attrait pour la prière et la vie intérieure, elle porte déjà en son cœur l’appel à la vie religieuse. Quelle ne fut pas sa surprise d’apprendre que sa sœur Marie-Thérèse la précéderait au couvent.

Après avoir obtenu ses diplômes, France enseigne au Cap-de-Ia-Madeleine durant trois ans avant son entrée au Noviciat en 1941. Elle fait profession religieuse en 1943. Elle exerce sa profession au Jardin de l’Enfance et à l’école des garçons à Ste-Madeleine mais sa santé fragile l’oblige à prendre une année de repos à l’infirmerie de Kermaria.

L’année suivante, elle étudie en archives médicales à l’Hôtel-Dieu de Montréal. Ses études terminées, elle travaille aux archives de l’Hôpital Cooke de Trois-Rivières. Durant ces années, France prend conscience d’une grâce spéciale, un don naturel dont elle est douée pour accueillir les personnes malades. Elle sait vraiment faire jaillir la « petite étincelle » qui rend tout possible si on garde ESPOIR. Son sens un peu exceptionnel de l’humour l’aide à relativiser bien des choses…

En collaboration avec sa sœur Marie-Thérèse et une équipe de Filles de Jésus, elle travaille à soutenir un projet qui veut enrayer la tuberculose qui fait des ravages depuis 30 ans en Mauricie. Deux « Buist » qui se serrent les coudes, y sont pour beaucoup dans la réussite de ce projet.

Dans ses contacts avec le personnel médical, France joue un rôle important pour maintenir la paix et l’harmonie dans son milieu de travail. Quand on lui demande d’où lui vient cette force intérieure qui l’habite, cette confiance qui rend tout possible, elle répond avec assurance : c’est l’Amour de Dieu.

Après avoir travaillé 22 ans en Mauricie, elle se retrouve à l’Hôpital de Notre-Dame-du-Lac dans le Témiscouata comme Directrice générale. Femme de projets, elle travaille à la rénovation des services externes, des services de chirurgie et d’obstétrique. Sous sa direction, l’hôpital a connu une expansion considérable. Après ces six années de direction, France continue comme secrétaire au Conseil d’administration et elle occupe le poste d’archiviste.

L’heure de la retraite étant venue, toujours fidèle à son don naturel, elle fait de l’accompagnement auprès des personnes malades, des personnes en soins de longue durée.

D’un accueil chaleureux, France est une femme sensible et profondément bonne, la souffrance des autres l’atteint facilement. La connaissance de ses propres faiblesses et de ses limites lui permet de mieux comprendre les autres. C’est ce qu’elle laissait transparaître au sein de sa communauté.

Lamour véritable reconnaît l’autre dans sa dignité, le respecte pleinement et lui permet de grandir dans lautonomie et la liberté. Cet amour nous le vivons dans le célibat consacré qui ne nous donne de droit sur personne, qui nous libère et nous rend disponibles. Lécoute et l’accueil de tous, les gestes de partage, de solidarité et de communion sont autant d’expression de notre désir douverture à Dieu et aux autres.

R.V. 60, page 67

C’était ça pour elle choisir la Vie ; elle le savait!

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux + 5 =

Un peu
d'histoire

Notre
Spiritualité

Rejoindre
notre famille

Nos
communautés

Newsletter

Inscrivez-vous si vous désirez recevoir la lettre d’information de la Congrégation

Share This