Bernadette MALARDÉ (Sœur Angéline Mie)

Bernadette MALARDÉ   1933-2020

 

Bernadette, aujourd’hui nous t’accompagnons par notre prière, notre présence, notre amitié en nous souvenant des bons moments partagés avec toi. Nous offrons toute notre sympathie à tes 2 sœurs Madeleine et Christiane, à tes neveux et nièces qui comptaient tant pour toi.

Tu es née le 16 avril 1933 à Melrand dans une famille de 10 enfants : 7 garçons et 3 filles.  A 29 ans tu rentres au postulat de Kermaria et tu fais ton engagement dans la Vie religieuse en 1965. Tu fais des études pour devenir infirmière.

Voici ce que veulent te dire aujourd’hui des amis, des voisins, des sœurs :

Tu aimais beaucoup ta famille. Tu allais régulièrement voir et soutenir ton frère André et son fils. Tu leur prodiguais tes soins et ton attention fidèlement. Et tu portais intérêt et affection à ceux et celles qui habitaient au loin.

 Tu aimais Pontivy. Bien enracinée dans ce terroir pour y avoir exercé le beau métier d’infirmière durant de longues années à l’hôpital. Au fil des jours, tu t’es créé de solides amitiés qui t’ont aidée à vivre ton quotidien discret. Tu aimais la marche et les rencontres. Tu circulais beaucoup dans les rues de la ville. Tu abordais facilement les gens, tu savais trouver les mots pour faire sourire ceux qui n’avaient pas le moral. Ton témoignage se faisait dans la simplicité et la discrétion.

 

Tu continuais à t’instruire, à te documenter. Chaque année, tu t’inscrivais à l’UTL, lieu de découverte, d’échanges. Tu étais toujours discrète sur ta vie mais tu la nourrissais de belles musiques et de lectures. Tu aimais la culture bretonne, les chants et les fêtes. Tu aimais participer aux messes en breton, surtout celle du 15 août à Quelven.

 

Tu étais une excellente voisine, attachante, attentionnée, avec qui on pouvait partager tant de choses. Tu as eu l’art de rapprocher tous tes voisins par ton accueil et ta bonne humeur. Avec toi, on pouvait parler Eglise et tous les problèmes d’Evangélisation. Tu as partici à une équipe ACO avec qui tu es restée très liée. Tu as accueilli le Concile Vatican II comme un souffle vivifiant pour l’Eglise.

Tu aimais beaucoup Notre Dame de Joie à qui tu confiais tes soucis, tes désirs, ta vie. Tu appréciais la basilique et tu y venais tant que tu as pu marcher. C’était pour toi un lieu de rencontre avec le Seigneur, Notre Dame et les personnes que tu croisais.

Tu participais à ta manière à la vie de la communauté des sœurs de Pontivy, fidèle à la rencontre hebdomadaire tant que tes forces t’ont permis de te déplacer. Tu partageais les repas de fête, la prière, les rencontres avec les communautés du secteur.

 

Ce que nous retenons de toi, c’est ton courage. Tu as souffert presque toute ta vie, mais tu ne te plaignais jamais. Nous avons suivi tes problèmes de santé surtout depuis novembre 2019 où tu as décidé de te faire ré-opérer du dos, tellement tu souffrais et avais du mal à marcher. Tu as tout tenté pour récupérer au maximum. Mais les derniers mois ont été très pénibles. Après des années au service des malades, à l’hôpital de Pontivy, c’est là que tu as rendu ton dernier souffle, bien entourée par les infirmières.

 

Aujourd’hui, que le Seigneur et Notre Dame de Joie accueillent tout ce qui a rempli ta vie, tous ces humbles gestes du quotidien, tous ces jours de souffrances vécus avant le grand passage en Dieu pour l’éternité. Merci Bernadette. Prie pour nous, pour ta famille, tes amis. Que ce temps de l’Avent nous prépare à la rencontre avec Celui qui vient et qui est venu te chercher pour fêter Noël dans la paix. Kenavo, Bernadette!

 

 

  

 
Print Friendly, PDF & Email
Publié dans Biographie des soeurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Share This