Ateliers de fraternité

Ateliers Créatifs de la Fraternité

Le 7 octobre 2012 Lisette, Rhona et Yvonne, Filles de Jésus, ont participé aux ateliers de la fraternité sur un grand quartier multiculturel au sud de Rennes France. Avec une centaine d’autres personnes elles ont répondu à l’invitation adressée à tous sans distinction d’origine, de culture, de foi, de religion. C’est l’occasion de tisser des liens entre habitants, surtout entre des chrétiens et des musulmans présents sur le quartier. L’initiative prise cette année par la Mission Ouvrière locale s’est inscrite dans le programme de « Tout Rennes cultive la Paix » Journée pleine de créations, de partages et d’écoute où chacun a pu découvrir des talents inédits

frat-tatras_papier_paint_15cm_tr

Des talents dévoilés

De nombreux ateliers ont lancé la journée ont lancé la journée : chant, expression corporelle, peinture, terre, récup, découpage, art floral, tissus … cuisine …

Hors de question de dire qu’on était « nul » ou qu’on ne savait pas. On était là pour découvrir et faire ensemble, plutôt que de réaliser des belles créations. Après un partage sur la question du racisme dans notre vie de tous les jours, au boulot ! Parents, grands-parents, enfants, tous ensemble, avec du papier, de la colle et des ciseaux ou à la main. D’autres ont utilisé le tissu, les fleurs, le corps, la voix…

Présentationfrat-ef3504ef98

d’une

sculpture

 

frat-web-collage-Tatras

 

Lisette, qui a animé un atelier de découpage et collage papier soie, dit :

« La réflexion a été intéressante,

d’autant plus que le groupe comportait deux personnes d’origine africaine.

La fraternité, ce n’est pas une seule couleur,

mais un ensemble de couleurs ».

frat-web_groupe-tatras-2

Au moment de la restitution, on a découvert qu’il y a du talent sur le quartier

et un désir de le travailler pour promouvoir la paix et avoir plus de fraternité.

Chaque groupe a présenté son travail avec un vrai souci d’expliquer comment les idées

et les souhaits partagés avaient trouvé leur expression. On s’est émerveillé devant :

 

 

 

frat-tatras_quartier_du_futur_tr_8cmUne maquette en carton et plastique du quartier du futur,

avec sa maison ouverte à tous,

des sentiers qui menaient tous à un espace pour parler ensemble

et où l’église avait la mosquée comme voisine.

Une chorégraphie où la rencontre de « l’autre » progressait du mépris vers l’accueil

et finissait avec l’entraide et le soutien mutuel

frat-web_groupe-tatrasexpression-cor

 

Yvonne montre une belle composition de roses et explique :

frat-web_groupe_Tatras_Yvonne« Les couleurs et les formes signifient la diversité des gens.

Nous sommes tous dans la même barque avec notre vie quotidienne.

L’assiette signifie la convivialité, le partage, la joie d’être ensemble ».

 

 

 

 

 

 

Rhona témoigne d’une expérience de publicité raciste sur le quartierfrat-web_groupe-tatras-Rhona

qu’elle a vécue au moment des élections présidentielles de 2012 et comment elle a réagi.

Elle provoque beaucoup de rires quand elle expose son drapeau breton

tout transformé en couleur pour signifier une Bretagne

qui est habitée aujourd’hui de gens de toutes les origines, et qui change.

 

 

 

Un quartier qui lutte contre le racisme et avance vers la fraternité

Les jeunes du mouvement JOC nous ont proposé leur projet d’année : une table ronde sur le racisme qui a donné lieu à plusieurs interventions :

  • notre député nous parle des lois contre le racisme
  • une militante pour l’intégration des étrangers nous explique comment elle les aide pour leurs papiers administratifs.
  • un jeune ouvrier d’origine africaine nous raconte les difficultés des immigrants pour trouver du travail.
  • le curé nous interpelle sur le rôle de l’église locale dans la lutte contre le racisme

frat-web_groupe-tatras-1

Une palette d’expérience, de parcours, pour nous faire voir comment le racisme nous touche tous dans nos vies quotidiennes.

Toute une palette d’opinions aussi, dans la discussion animée qui a suivi. On a vu le visage multicolore du quartier et de la paroisse dans les témoignages et les interpellations des gens d’origines très différentes.

Un algérien musulman n’a pas nécessairement le même regard qu’une « bretonne de souche » ni qu’un père de famille congolais.

Ils ont tous, cependant, la même volonté de regarder « l’autre » positivement et de faire avancer le vivre ensemble. Comme Lisette le dit bien : « La fraternité n’est jamais fini, c’est un pas sur le chemin. »

« Comment le faire ensemble » sera peut-être le thème de la prochaine Journée de la Fraternité de 2013.

 

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 + 11 =

Un peu
d'histoire

Notre
Spiritualité

Rejoindre
notre famille

Nos
communautés

Newsletter

Inscrivez-vous si vous désirez recevoir la lettre d’information de la Congrégation

Share This