Tertiaires

Les Filles de Jésusaaf0c32e7b

 lient volontiers l’histoire de leur congrégation

 dans ses débuts

 à la présence de Tiers Ordres,

 à la même époque, dans le monde rural breton.

Tertiaires, les deux femmes qui assurèrent, par l’école de Bignan, la continuité du projet de Monsieur Noury; tertiaire aussi, la fondatrice, Perrine Samson.

Dans le diocèse de Vannes (France), vers la fin du 18ème siècle et longtemps pendant le 19ème, les Tiers Ordres sont très développés. Leurs membres, tertiaires de St François, de St Dominique ou du Mont Carmel, sont des femmes veuves ou célibataires, décidées à donner leur vie à Dieu.

Leur engagement comporte le vœu de chasteté, signe de ce don total. Cet engagement est reconnu par l’Eglise. Souvent suivies par un prêtre nommé par l’évêque, les tertiaires assument essentiellement des tâches paroissiales et ne manquent pas de moyens de formation :

– lecture spirituelle (les livres de M. Noury sont progressivement recommandés),

– réunion mensuelle,

– retraite en commun tous les ans.

Une de leurs caractéristiques est leur proximité par rapport à la population avec laquelle elles font vraiment corps, ce qui marquera le mode de présence des Filles de Jésus.Disséminées au sein de cette population, elles traversent sans dommage la crise révolutionnaire et pourront continuer à se développer.

Print Friendly, PDF & Email
Share This