Expérience spirituelle

Des lignes de force de l’expérience spirituelle de M.M de St Charles

La richesse d’une expérience spirituelle …

Si Mère Marie de Saint Charles a largement contribué au développement de son institut, son apport essentiel à sa congrégation est pourtant ailleurs. Il se situe dans la richesse d’une expérience spirituelle, dans une mystique de l’action apostolique que, par son exemple et ses conseils, elle sut communiquer à ses sœurs. 

Pour elle, c’est en Dieu que cette action apostolique trouve sa source et aussi sa liberté.

“Je prie le Bon Dieu, écrit-elle, de nous donner son Esprit

pour nous faire agir en temps opportun selon son bon plaisir;

puis je m’abandonne entre ses mains avec calme et paix”.

L’action des sœurs ne se réduit pas à une activité individuelle. Elle doit être soutenue par une vie commune empreinte de charité fraternelle et par une pauvreté de vie à laquelle la supérieure générale est très attachée.

Des lignes de force…

De l’expression de son expérience personnelle et aussi des conseils donnés aux sœurs, se dégagent des lignes de force.

– Pour elle, vivre, c’est expérimenter que le désir le plus profond de notre être peut se réaliser dans une vie toute donnée à Dieu. “Je viens, ô Dieu, pour faire votre volonté” (Héb 10, 7) : c’est la devise qu’elle avait choisie, devenant supérieure générale. Plus tard, elle parlera dans le même sens, de “faire le bon plaisir de Dieu”.

– L’humilité se vit dans l’acceptation réaliste et courageuse des difficultés: savoir “se décider pour Dieu” et les autres en assumant “les humiliations” et les “contrariétés de la vie”.

– Naître à la liberté, c’est se dégager peu à peu de ce qui risque de nous détourner de la vraie vie. C’est être libérée de ses peurs, de ses certitudes crispées, de ces faux appuis que sont “l’estime et l’approbation des autres”. Agir avec une “sainte liberté”, c’est se laisser délivrer de tous les liens qui empêchent le vrai vouloir de rejoindre le vouloir de Dieu. Ce sera vouloir ce que l’on fait, ne pas subir sa vie mais aimer celle qui nous est donnée. “Je suis contente de Dieu”, aimera-t-elle redire.

– Vivre dans la simplicité, c’est avoir trouvé l’unité de sa vie dans la recherche de Dieu et orienter dans ce sens tous les événements de son existence. “Allez votre chemin avec joyeuseté, vers Notre Seigneur, dit Mère Marie de Saint Charles à une sœur, et que tout vous serve à grandir dans l’accomplissement de son bon plaisir”.

Pour les Filles de Jésus, Mère Marie de Saint Charles demeure “une figure déterminante” de leur famille religieuse. Elles la considèrent toujours comme “la dernière fondatrice” de leur congrégation dont “la naissance s’échelonne dans le temps”.

Print Friendly, PDF & Email
Share This