Un projet de fondation

Dès avant la Révolution, sans doute, le Père Noury avait rédigé le projet d’une “maison de piété

et de bienfaisance” dont le fonctionnement serait confié à des jeunes femmes vivant ensemble.

Les activités de celles-ci, qui doivent être “des personnes instruites et capables”, s’orienteraient vers

 “le soulagement des personnes dans la souffrance”,

 “l’instruction des garçons et l’éducation des filles”.

Un règlement de vie pour les réalisatrices du projet, le plan de futurs bâtiments étaient joints à ce texte qui précise que le but dernier envisagé est “la gloire de Dieu et le salut des âmes”.

Print Friendly, PDF & Email
Share This