Des nouvelles de l’exposition : « Dans la guerre les Filles de Jésus (1914-1918) »

Des  nouvelles de l'exposition 1

Depuis quatre mois déjà, l’exposition qui se tient dans les locaux des Archives continue d’attirer à Kermaria un flot de visiteurs, environ 2 500 jusqu’à présent.

Scolaires ou adultes, en groupe ou individuellement, tous apprécient la visite commentée, ainsi que la vidéo qui lui fait écho.

Les guides s’adaptent à leur public ; les visites se font « sur mesure », et chacun repart content, parfois passionné et bien décidé à revenir.

Faute de pouvoir tout évoquer, nous nous bornerons à quelques visites particulièrement significatives reçues récemment.

Dans les premiers jours de janvier, Ophélie Bourgeais revenait pour la troisième fois avec sa maman à Kermaria. Il s’agit de l’arrière-petite-fille et de la petite-fille du soldat Achille Hocquet, dont toute la famille, à la demande d’Henri, le frère d’Achille, fut hébergée à Kermaria de 1917 à 1919, et avec laquelle nous avons renoué des liens. Elles ont pu voir, terminée, la vitrine consacrée à leur famille, où à côté des documents écrits provenant de nos archives, figurent désormais les photos et les objets que la famille nous a fournis, comme le casque d’Achille blessé au Chemin des Dames ou les napperons réalisés par Henri pendant sa convalescence à Kermaria.

Des  nouvelles de l'exposition 3

Peu de temps après, répondant à notre invitation, arrivait, avec son épouse, Monsieur Cariou, frère de notre sœur Maria Joseph, longtemps maîtresse au juvénat. Il se trouve en effet que dans l’une des vitrines de l’exposition figure, prêté par une famille, un tableau représentant le croiseur-cuirassé «Amiral Charner» torpillé en février 1916 par un sous-marin allemand. Sur les quelque 400 hommes d’équipage naufragés, un seul échappa à la mort. Il fut recueilli en pleine mer au bout de 5 jours, exténué, mourant de faim et de soif sur un radeau de fortune, et pourtant soutenu par sa volonté farouche de retrouver sa famille et par sa confiance absolue en Dieu et en Sainte Anne.

Ce miraculé (dont le récit peut se lire sur Internet) n’était autre que le père de Sœur Maria Joseph et donc de Monsieur Cariou. Celui-ci fut heureux de trouver dans notre exposition le tableau du navire qui, du fait de sa relation étroite avec Kermaria, présente un intérêt supplémentaire pour les visiteurs à qui nous en racontons l’histoire.

Des  nouvelles de l'exposition 2

Parmi les groupes, il faut noter la visite de la section locminoise des anciens combattants d’Algérie. Ils se sont intéressés à la guerre faite par leurs grands-pères. Malgré leurs différences apparentes, l’une comme l’autre pourtant générait le doute dans les esprits, la remise en cause de principes jusque-là indiscutés, et pour beaucoup une profonde crise de conscience.

Début mars, arrivait aussi une sympathique famille du Maine et Loire, dont le grand-père passa un mois de convalescence à Kermaria en octobre 1915. Ils nous ont communiqué les lettres écrites pendant ce temps par le poilu à sa famille, sa fiancée, son ancien maître d’école. Le réalisme des visions du champ de bataille, comme la profondeur des réflexions sur la guerre, en font un témoignage hors pair. Quant à Kermaria, il s’y trouve au paradis, craignant pourtant d’en sortir « confit dans l’eau bénite » et déplorant de ne pouvoir que regarder tant de jeunes et jolies novices !

L’exposition durera au moins jusqu’à fin 2014. Venez nombreux la voir ou la revoir !

Sœur Emma L’Helgouac’h (archiviste)

1 Commentaire

  1. Je suis contente d’avoir des nouvelles de cette exposition. Encore une fois, félicitations pour cette page d’histoire. Colette fj

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-neuf + dix-sept =

Un peu
d'histoire

Notre
Spiritualité

Rejoindre
notre famille

Nos
communautés

Newsletter

Inscrivez-vous si vous désirez recevoir la lettre d’information de la Congrégation

Share This