Soeur Rosalie Gionet (S. Marie Joseph Edmond)

 

Soeur Rosalie Gionet (Marie Joseph-Edmond)

                              

                                                           

Née à Caraquet au Nouveau-Brunswick le 31 janvier 1915, du couple Cyrinus Gionet et Malvina Haché, Rosalie est l’aînée d’une famille de onze enfants. Elle est baptisée le lendemain de sa naissance. Elle connaît une enfance heureuse dans une famille chrétienne. Rosalie fréquente l’école de sa paroisse durant quelques années. À cause de sa santé précaire, ses parents décident de la garder à la maison et son père invite sa fille à prier Saint Joseph. Rosalie se fait fervente et encourage les gens à s’abonner à l’annale de l’Oratoire Saint-Joseph. Même si sa santé s’améliore,  elle demeure une enfant « fragile ».

Dès son jeune âge, Rosalie nourrit son désir de devenir religieuse. Les congrégations qu’elle connaît ne semblent pas répondre à ses attentes. C’est en allant chercher un travail au bureau de poste de Dalhousie, qu’elle apprend qu’il y a des religieuses Filles de Jésus dans cette paroisse. À l’âge de 22 ans, après réflexion, elle demande son admission au noviciat des Filles de Jésus, à Trois-Rivières. Elle fait sa profession religieuse en 1939.

Sœur Rosalie se dévoue d’abord dans les services communautaires: cuisine, buanderie, jardinage pendant une vingtaine d’années. Plusieurs communautés bénéficient de ses services: St-Stanislas, Jardin de l’Enfance et Batiscan dans la Province de Trois-Rivières, ainsi qu’au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse. À partir de 1958, elle se perfectionne en couture, c’est un travail qu’elle aime beaucoup et pour lequel elle est très douée.

Attachée à Dieu et à sa Congrégation, Sœur Rosalie est avide de spiritualité et de prière. Elle est une femme réservée, qui entre facilement en contact avec les personnes de son entourage. Ouverte aux réalités de Trois-Rivières, elle s’intéresse plus particulièrement aux journaux de « l’Acadie nouvelle ». Elle se nourrit de la Parole de Dieu et tient beaucoup à sa visite quotidienne au St-Sacrement. C’est pour elle une façon privilégiée de se rapprocher de Celui qui l’accompagne sur son chemin de vie. Sœur Rosalie a de l’humour;  elle aime les récréations, les fêtes et les célébrations et le travail bien fait. Cependant, sa santé a toujours été fragile; ses états de faiblesse,  joints à des crises d’angine, lui ont valu plusieurs séjours à l’hôpital.

En 2009,  après la vente de la maison vice-provinciale de Moncton, Sœur Rosalie obtient la faveur de venir vivre dans la Vice- province de Trois-Rivières. La « grande chapelle» de Kermaria  devient son lieu privilégié pour la prière.

Après quelques mois au Centre de Soins, Sœur Rosalie entre à l’infirmerie Notre-Dame du Rosaire le 23 janvier 2010, où elle poursuit son pèlerinage terrestre dans un abandon silencieux.

À l’aube du  23 janvier 2018, Sœur Rosalie nous quitte pour communier aux réalités célestes et découvrir le Visage du Ressuscité. Elle avait 102 ans et 11 mois, dont 78 ans de profession religieuse.

 

 

 

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Publié dans Actualités, Biographie des soeurs
7 commentaires sur “Soeur Rosalie Gionet (S. Marie Joseph Edmond)
  1. Louis-Philippe Daneault dit :

    Louis et Malvina Daneault de Shippagan, N.-B., désire offrir aux religieuses de la congrégation Fille de Jésus, nous plus sincères condoléances.
    Nous vous remercions pour ce que vous avez fait pour elle depuis qu`elle est retournée aux Trois-Rivières.

    Malvina et Félix, nièce et neveux de Rosalie.

  2. Annette Robichaud dit :

    Sincères condoléances pour le décès de Sr Rosalie. Que Dieu l’accueille auprès de lui. Nous savons que de là haut, elle continuera de veiller sur nous, elle qui était si pieuse.

    Sr Rosalie était la soeur de ma grand-mère maternelle et ma mère (Malvina) maintenait des liens avec elle.

  3. Carmen dit :

    Que j ai aimée cette douce femme (soeur) j aimais donc quand elle nous appelais fille. Elle me manquera et elle ma marquer en si peu de temps. Reposez en paix ma chere Soeur.

  4. LYDIA GIONET dit :

    Chère Rosalie,
    chère tante,
    celle qui nous prenait sous son voile , qui a nous a suivi toute notre vie et celles de nos enfants et petits enfants, nos carrières, celle qui a prié pour nous…
    son coeur était grand ,sa foi encore plus ,son repos bien mérité.
    Sincère condoléances

  5. LYDIA GIONET dit :

    Je suis la fille de Louis Gionet ,Frère de Rosalie. J’ajoute le nom de mon époux Robert Montreuil. ma fille Yvonne Léger , son conjoint Scott O’Connery et leurs enfants Liam 4 ans et Isabella 3 ans.
    Je ne pourrai assister aux funérailles car je suis en Floride présentement.

  6. Francine Patry dit :

    C’est avec une grande peine que je viens d’apprendre le départ de Tante Rosalie. Je sais que dans ces moments là, les mots sont inutiles mais laissez-moi vous témoigner mon amitié la plus sincères. J’offre mes sincères condoléances à toutes la famille ainsi qu’aux religieuses de la congrégation Fille de Jésus. Bien affectueusement. Francine Patry

  7. Daniel Deveau, CSC, MOncton, NB, Canada dit :

    La ‘Mère’ Joseph-Edmond a laissé un souvenir durable à Chéticamp (Nouvelle-Écosse) où elle a été chargée de la cuisine de l’hôpital du Sacré-Coeur. Jeune, j’entendais les femmes s’entretenir des recettes de la ‘Mère’ Joseph-Edmond. À l’automne, une dame de Chéticamp me demandait encore si je voyais la sœur en question. Je savais qu’elle était à Trois-Rivières. Elle aura certainement été accueilli par Celui qu’elle a si bien servi dans ses plus humbles frères et sœurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*