Sœur Anne Marie Le GUYADER (Christinia Marie) 1929-2017

 Anne  Marie Le GUYADER  est décédée à Kermaria  le 6 avril 2017 à l’âge de 88 ans dont 69Anne Marie Le GUYADER années de vie religieuse

 

 Anne Marie LE GUYADER le 8 avril 2017 – Kermaria 

 

Depuis quelques années, Anne-Marie fragilisée dans sa santé, était habitée par une réflexion sur la mort. Dans un livre, que nous avons trouvé près d’elle, elle soulignait quelques phrases dont celles-ci : « Accepter de mourir, c’est accepter d’entrer dans un temps sans mesure. Je sens en moi un appel à la vie plus fort que la mort. Je sais qu’en mourant, je m’en vais vers la vie. »

Anne-Marie est née le 12 avril 1929 à Quistinic, dans une famille d’agriculteurs qui comptait 3 enfants, 2 filles et un garçon. Elle entre au postulat de Kermaria en 1946 et fait profession religieuse en 1948 sous le nom de Sœur Christinia.

Elle sera enseignante de 1948 à 1976 dans différents lieux, dont St Gilles Hennebont, Brandivy et enfin pour terminer Grandchamp. Après des années d’enseignement et une année de préparation à Angers, elle est nommée permanente en pastorale dans les secteurs de Grandchamp et Talensac. Ensuite, Anne-Marie rejoint Kermaria pour la responsabilité d’une Communauté de sœurs aînées pendant 6 ans. En 1998, elle part pour le pays « Pourleth », au Croisty, elle continue sa présence auprès des personnes âgées dans les Paroisses du secteur. Elle rejoint Kermaria définitivement, en 2012, d’abord à la Communauté Angélique Périgault et fin 2015, elle entre à la Maison Sainte Famille.

Dans son rôle d’enseignante, Anne-Marie s’est passionnée pour faire naître en chacun de ses élèves ce qu’il y avait de meilleur ; attentive à la situation de chacun, proche des familles, beaucoup s’en souviennent encore aujourd’hui et lui sont reconnaissants.

Dans sa mission en pastorale, inventive, elle savait faire progresser les équipes, apportait sa part, savait affirmer ses positions dans le sens de faire avancer le groupe.

Elle a contribué à mettre en œuvre tous ses acquis auprès des personnes âgées : visite à domicile, maison de retraite, MCR. Elle était fidèle à se rendre à la messe du samedi soir dans les différentes paroisses du secteur, afin d’être le plus à l’écoute des personnes.

Anne-Marie, dans les différents lieux où elle est passée, a marqué par sa délicatesse, sa discrétion, sa manière de pacifier, sa parole encourageante et son souci de ne gêner personne. Très ouverte sur le monde, elle se cultivait beaucoup par la lecture et aimait volontiers partager aux autres ce qu’elle découvrait.

Femme de prière, dans le silence et la solitude, elle se ressourçait dans les écritures, la Bible et les événements de la vie. Ses divers handicaps : surdité, mal voyance, cœur fragile et démarche mal aisée, l’ont fait beaucoup souffrir, car elle était d’un tempérament très communicant. Elle ne se plaignait jamais « c’est comme ça ! » disait-elle. Depuis son 1er  AVC, la communication était devenue encore plus difficile, mais nous avions toujours son sourire, son merci et son « kenavo ».

Son pays, sa famille lui étaient chers. Anne-Marie en parlait avec beaucoup d’attachement. A vous, sa sœur, ses neveux et nièces, sa famille, nous vous assurons de notre affection et de notre prière.

Nous te remercions Anne-Marie pour ce que tu as été, nous rendons grâce et nous te disons KENAVO.

Publié dans Biographie des soeurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*