Assemblée des Filles de Jésus de la Province Afrique

Comme chaque année, après Noël, les Filles de Jésus en Afrique se sont retrouvées à Yaoundé pour cinq jours de réflexions, du 27 au 31 décembre 2017. Nous étions 31. Un temps qui nous a permis entre autres de nous réinterroger sur la fraternité et de voir l’évolution des œuvres propres de la Province.

 

Deux journées sur la fraternité

 

L’animateur, le Père Kisito Forbi, professeur à l’Université Catholique d’Afrique Centrale, a insisté sur la responsabilité de chacune dans la construction de la communauté et sur l’importance de partager la vie et la foi. « Ne demande pas ce que la communauté peut faire pour toi mais demande-toi plutôt ce que tu peux faire pour la communauté ». (Président John Kennedy). Peut-on vivre la communauté sans être unie à Dieu et sans pardon mutuel ?

Le Père a souligné aussi l’importance d’un dialogue communautaire constructif fondé sur la communication, la communion, la confiance, le partage et l’amitié. Le dialogue doit devenir « une manière ordinaire de vivre en communauté ». Par notre vie ensemble, comme personnes consacrées, nous sommes appelées à « être signe authentique du Christ dans le monde ». Tout un programme de vie à mettre en œuvre  qui a commencé sur place.

En effet, ces deux journées se sont terminées, l’une par le sacrement du pardon et l’autre par la possibilité dans un climat de prière, de rencontrer l’une ou l’autre de nos sœurs pour une démarche de réconciliation.          

 

Pour voir quelques photos de l’Assemblée cliquez sur la flèche en bas à gauche     

 

La vie des œuvres de la province

Le lendemain nous avons voyagé sur l’écran où des présentations nous ont permis de visualiser l’évolution des œuvres de la Province et l’investissement des communautés pour leur bonne marche au service des « plus petits ».

  • A Kinshasa en RDC, le Centre d’Alphabétisation Saint Joseph de Kermaria accueille 358 enfants dont 296 en rattrapage scolaire qui rejoignent ensuite un cursus normal et 62 en alphabétisation et couture.

 

  • A Brobo en Côte d’Ivoire à Mère de Miséricorde, l’équipe accompagne vers plus d’autonomie 47 enfants marqués par des handicaps très différents. Certains jeunes ont trouvé leur insertion et six mal entendants vont commencer une formation vers le certificat d’étude primaire.

 

  • Le Foyer Notre Dame d’Afrique de Soa au Cameroun accueille 49 étudiants de nationalités et religions différentes dans un cadre agréable, sécurisant et qui leur permet d’expérimenter la fraternité.

 

  • « Dorval Protection » à Daoukro en Côte d’Ivoire est passé de 45 enfants en 2012 à 182 aujourd’hui, signe de la confiance des parents dans l’éducation des enfants.

Oui comme aux origines « l’Humanité Sainte du Fils de Dieu est honorée » dans ces jeunes et ces enfants qui d’une manière ou d’une autre sont démunis et remis debout.

 

La fête et le souvenir

Bien sûr la fête n’a pas été oubliée… sketchs, danses, chants nous ont permis d’attendre la nouvelle année dans la joie… et de nous la souhaiter belle et bonne, les unes aux autres.

A l’occasion du dixième anniversaire du décès de notre sœur Gertrude Ngono, l’eucharistie du 1er janvier nous a réunies avec des membres de sa famille. Un moment fort et émouvant.

 

Le départ

Dimanche matin nous avons terminé notre assemblée par la messe d’envoi pendant laquelle les sœurs du conseil général présentes parmi nous, Marie-Annick et Patricia, ont remis à chaque communauté, un document de l’Église sur la vie religieuse. « A vin nouveau outres neuves ».

Nous sommes reparties riches de ces partages et le cœur rempli d’espérance et de courage pour retrouver le champ de notre mission.

                                                                                                   Srs Marie-Thérèse Catusse et Christelle Andomuname, fj

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Publié dans Actualités, Evènements