Tout a un sens, rien n’arrive pas par hasard

 

Après deux ans de ressourcement et de formation au Québec, Canada, Sr Chrésence Beyala témoigne de cette belle expérience de vie à l’extérieur de sa province d’Afrique.

 

 

Deux ans au Canada pour « me refaire »

 

Pour mes deux années de ressourcement et de formation au Québec, Canada, je voudrais tout d’abord dire un grand merci aux sœurs du Conseil général et provincial de ce temps-là, de m’avoir donné l’opportunité de faire cette expérience à l’extérieur de ma province Filles de Jésus.

Faisant un petit retour en arrière, j’ai vécu six années au Congo Kinshasa où j’ai essayé de vivre le charisme des Filles de Jésus au service des petits et des pauvres. Me sentant fatiguée et même épuisée, j’ai demandé un temps de repos et de ressourcement. J’ai eu la chance de venir pendant 2 ans au Canada, Québec pour me refaire.

Ces deux années m’ont permis de faire une bonne relecture de toute ma vie personnelle et  des moments d’épreuves.  Tout d’abord au « Centre Intercommunautaire Quatre Saisons » de Sherbrooke,  (http://ci4saisons.com/) des accompagnements psychologiques et spirituels ainsi que les thérapies de groupe et les différents cours m’ont amenée à explorer ma relation à moi-même, à autrui et à Dieu. Il faut dire que le travail sur soi n’est pas toujours facile. Mais j’étais désireuse de comprendre ce qui se passait dans ma vie ; j’y ai découvert les signes de la présence de Dieu. Je dis merci au centre, à ses accompagnateurs exceptionnels qui m’ont aidée à me resituer et à croître dans toutes les dimensions de mon être.

 

Une année pour fortifier ma foi chrétienne

 

Après cette année de ressourcement, j’ai eu besoin d’une deuxième année de formation pour mieux me fortifier surtout sur le plan de ma foi chrétienne. C’est ainsi que j’ai suivi des cours pour un certificat en éducation de la foi à l’Institut Pastorale des Dominicains à Montréal. Cette formation m’a permis de comprendre encore davantage comment Dieu se révèle dans notre conscience, dans les événements de notre histoire et dans l’Église. J’ai vu comment notre adhésion volontaire est importante dans cette révélation.

 

Maintenant après mes deux ans de ressourcement et de formation, je comprends mieux cette parole de Saint-Paul qui dit :

 

 « C’est pourquoi nous ne perdons pas courage ;

mais si même notre homme extérieur dépérit,

toutefois notre homme intérieur se renouvelle de jour en jour ».

(2 Cor 4, 16)

 

J’ai pris conscience combien mon être extérieur était vulnérable et fragile, et que je devais prendre plus soin de mon être intérieur, l’âme qui me permet d’être en communication avec Dieu, l’esprit qui me donne la vie. Les activités extérieures avaient pris tout l’espace de ma vie au point où il n’y avait plus de temps pour prendre soin de mon être. Et voilà que tout allait en ruine. Oui, il était temps de prendre du recul et de rééquilibrer ma vie.

 

Goûter à la vie des Filles de Jésus du Canada

 

Ces deux années m’ont permis de connaître nos sœurs des différentes Vice-provinces du Canada : Trois-Rivières, Rimouski et Moncton et notre histoire de Filles Jésus dans ce pays. J’ai été ravie de voir comment elles vivent, chacune et en communauté, le charisme dans leurs réalités. Je dis merci à chacune des sœurs qui m’ont permis de goûter à cette vie des communautés Filles de Jésus, canadiennes.

 

L’occasion m’a été offerte aussi de découvrir la Nouvelle-Écosse, le Cap Breton, plus précisément à l’île Madame, paroisse d’Arichat où sont arrivées nos premières sœurs le 24 décembre 1902, cadeaux de Noël pour le peuple acadien. Ce fut très impressionnant d’arriver sur ces lieux, alors que jusqu’ici je n’avais découvert cette insertion que dans les livres de la congrégation. J’ai maintenant touché la réalité, j’ai vu de mes yeux.

 

Je termine par ce verset du psaume 116

 

« Comment rendrais-je au Seigneur tout le bien qu’il m’a fait ? »

 

Comme le psalmiste, je me sens tellement remplie d’amour pour Dieu et je suis pleine de reconnaissance que je voudrais tout faire pour lui.

 

 

Sr. Chrescence BEYALA, FJ

Cameroun, province Afrique

Publié dans Actualités, Témoignages
5 commentaires sur “Tout a un sens, rien n’arrive pas par hasard
  1. esquieu michèle dit :

    merci pour ce beau témoignage, garde courage, notre prière t’accompagne
    Michèle Esquieu Tonneins France et sa communauté

  2. Jeannine dit :

    Merci Chrescence pour ce beau témoignage.

    et bonne route pour continuer la mission.

    Jeannine

  3. Jeannine D'Amours dit :

    Bravo pour ton article. Je suis contente que tu es pu profiter de ton séjour au Canada. Heureuse de t’avoir mieux connue.
    Jeannine

  4. Ndaya Angélé dit :

    Crescence, je suis très heureuse que tu aies fait ce cheminement, surtout ma grande, ne regarde plus en arrière, va de l’avant. Surtout n’oublie pas que <> Je suis fière de toi.

  5. Lucienne Lepage dit :

    Bonjour Crescence, merci pour ton bon témoignage. Bonne route, Lucienne Lepage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*